L'ascension du rocher de Buggerru en Sardaigne. Par Maurizio Oviglia

Maurizio Oviglia revient sur la première ascension en 1987 du Faraglione di Buggerru, situé sur la côte ouest de la Sardaigne, en Italie, et parle de sa dernière création, « Kind of Blue », réalisée pour la première fois avec le guide de haute montagne Marco Bigatti. Ce chapitre est tiré du dernier livre d'Oviglia, « Climbing Postcards ».

37 ans après la première ascension, Maurizio Oviglia revient au Faraglione di Buggerru, sur la côte ouest de la Sardaigne, connu localement sous le nom de « La Vela ». Ce rocher vertical, parfois en surplomb, mesure 44 mètres de haut et se trouve à proximité d'une des plus belles côtes (et malheureusement aussi ruinée par les mines) de la Méditerranée. Ci-dessous sont publiés les détails du nouvel itinéraire établi avec le guide de haute montagne Marco Bigatti, ainsi que le chapitre concernant la première ascension de la tour en 1987, inclus dans le dernier livre d'Oviglia « Climbing Postcards ».

La mer sous nos chaussures d'escalade
On dit que le pic de Buggerru mesure 44 mètres de haut, mais on ne sait pas comment il a été mesuré… En 1987, nous avons probablement été les premiers à atteindre le sommet. Cette tour m'avait fasciné depuis 1984, lorsque je l'avais aperçue pour la première fois du haut de la falaise maritime de Pranu Sartu. Elle ressemblait à un petit pic patagonien, blanc comme neige, qui sortait du fond marin sarde ! Apparemment inaccessible, je rêvais depuis longtemps de l'escalader. Quelques années plus tard, j'ai finalement organisé l'assaut. En plus de moi, l'équipage comprenait le légendaire Enzo Lecis (qui avait le bateau), Cecilia et notre fils adoptif Simone. Enzo, qui était le marin expert (!), nous a conduits jusqu'à la base du pic, d'où nous avons rapidement fait le tour de la tour avant de conclure que le départ était en surplomb de tous les côtés et que la mer était trop agitée pour ancrer notre bateau. La seule ligne de faiblesse semblait être une arête pointue orientée vers l'ouest, mais le départ était gardé par un surplomb aussi tranchant qu'un couteau. Mais c'était la seule possibilité. Enzo s'est approché au maximum et j'ai sauté sur le surplomb (!), m'accrochant au bord et me blessant immédiatement aux mains et aux genoux. Tout comme Cecilia et Simone quand ils m'ont secondé. Enzo, lui, a dû rester dans le bateau et nous attendre car il n'était pas possible de l'ancrer nulle part. Il était rongé par l'envie. La longueur suivante était l'arête pointue. Je me souviens qu'au milieu il y avait une fissure où j'avais placé mon bien-aimé Wild Country Friend #2, celui avec la sangle rouge (j'en avais 3 en tout). Simone a été le dernier à grimper et quand j'ai atteint le relais je lui ai demandé : et le Friend ? Je l'ai oublié ! Cecilia a haussé les épaules et a prétendu que ce n'était pas de sa faute, elle avait grimpé avant Simone, c'était lui qui aurait dû l'enlever ! Si ce n'était pas « presque » mon fils, je l'aurais étranglé, d'autant plus qu'il était impossible de redescendre de là et qu'il était impossible de le faire redescendre. A cette époque, abandonner un ami, sans même essayer de le récupérer, était une question de vie ou de mort ! Je n'ai plus adressé la parole au méchant jeune pendant au moins une demi-heure. La dernière arête est devenue dangereuse, parsemée de blocs éparpillés, mais deux longueurs plus tard, nous étions au sommet. Enzo tournait autour de la pile et alors que nous préparions les rappels sur la face est, je lui ai crié de se tenir prêt à nous récupérer. Nous sauterions du mur, juste au-dessus de la mer, directement dans le bateau. Le bord de mer est toujours un endroit stressant pour les alpinistes !
La voie, que j'ai appelée « Il mare sotto le scarpette », la mer sous nos chaussures d'escalade, n'a jamais été refaite. En fait, oui, Enzo a dit qu'il était revenu quelques jours plus tard avec un ami, je n'ai jamais su qui. Mais la caméra est probablement toujours là. Ou alors il l'a récupérée et a fait comme si de rien n'était.

par Maurizio Oviglia

SORTE DE BLEU
45m – 6a max (5b obligatoire)
Première ascension : Maurizio Oviglia et Marco Bigatti
Engrenage: Une corde de 60 m et 12 dégaines
Voie moderne entièrement équipée située sur la face NE du Faraglione di Buggerru (côte ouest de la Sardaigne), localement connu sous le nom de « La Vela ». Ce stack vertical, parfois en surplomb, mesure 44 mètres de haut et se trouve à proximité de l'une des plus belles côtes (et malheureusement aussi ruinée par les mines) de la Méditerranée
Comment s'y rendre : Pour atteindre la pile, il faut louer un bateau ou se faire accompagner depuis Buggerru (demander Mormora Tours au port, tarif modique réservé aux grimpeurs). La mer doit être calme.
La route: Debout sur le bateau, attrapez le rocher pointu du début de la voie, franchissez le premier chevauchement et après 5 mètres atteignez le premier spit. Si vous venez en canoë ou en canot, l'ascension du surplomb de départ peut s'avérer problématique. Une section plus facile suit jusqu'au premier bealy. De là, continuez en passant par une splendide escalade sur un magnifique rocher de niveau 5 pour atteindre l'arête. De là, affrontez le passage crucial (5 mètres de 6a) pour atteindre le sommet.
Descente: Attention aux rappels. Il est déconseillé de faire un seul rappel, si la corde reste coincée (c'est souvent le cas vu la forme du rocher) il sera difficile de remonter sur le bateau. Il faut plutôt descendre en rappel sur 30 m depuis la chaîne jusqu'à un relais 1 (2 spits avec maillon rapide inox). Tirer sur les cordes et faire un second rappel court jusqu'au bateau.

Maurizio Oviglia - La couverture du livre Climbing Postcards nu Maurizio OvigliaFaraglione di Buggerru, Sardaigne, Maurizio Oviglia, Marco Bigatti - Marco Bigatti escalade 'Kind of Blue' sur le Faraglione di Buggerru en SardaigneFaraglione di Buggerru, Sardaigne, Maurizio Oviglia, Marco Bigatti - Marco Bigatti escalade 'Kind of Blue' sur le Faraglione di Buggerru en SardaigneBuggerru Stack, Sardaigne, Maurizio Oviglia, Marco Bigatti - Le Buggerru Stack en Sardaigne

Laisser un commentaire

1 × 5 =