Le mauvais temps arrive dans les Hautes-Pyrénées, pas d’exercice de secours….

 

Vendredi 2
décembre, vers  16h, la préfecture des
Hautes-Pyrénées devait  organiser un
exercice simulant un secours sur la route de la station de ski de Saint-Lary – Espiaube.
Le scénario de l’exercice prévoyait la chute d’un bus de voyageurs dans un ravin
de 20 mètres environ, avec de nombreuses victimes. Les équipes de secours
devaient réaliser la désincarcération des victimes et leur médicalisation à
partir d’un lieu difficile. Cette route située sur des pentes particulièrement
escarpées a un trafic assez important de skieurs l’hiver et de randonneurs l’été.
Qui peut le plus peut le moins… un exercice avec un bus accidenté était une parfaite
entrée en matière pour l’hiver.

Exercice normal et habituel

Ce type d’exercice
a lieu régulièrement, sur toute la France, notamment dans les stations de ski
même si l’accident peut se produire ailleurs, autour de thèmes tels qu’avalanches,
pannes ou accidents de téléportés, accidents d’avion, blocages de routes pour
des raisons diverses, etc… L’objectif de ces exercices est de mettre en œuvre
la coordination de tous les services concernés lors d’un plan « nombreuses
victimes » afin de tester dans des conditions difficiles la pertinence des
procédures d’intervention des services de secours et la réactivité de ces
derniers.

Tous les
acteurs de secours sont mobilisés à cette occasion : préfecture, hôpitaux de
Lannemezan et Tarbes notamment, mairie, SDIS 65, Gendarmerie et PGHM, CRS Montagne,
SAMU 65, Croix Rouge, Protection Civile.

Un tel
entrainement, ou répétition générale, est, à chaque fois positive pour les
services en charge des secours. Ceci permet d’analyser les points forts et les
points faibles de l’organisation afin de toujours améliorer l’efficacité.

Pas d’exercice par mauvais temps

Faire un tel
exercice avant l’arrivée des vacanciers de l’hiver était un plus pour tous les
services et permettait de rassurer tous les usagers sur les capacités des
services départementaux. Mais…..

Un mail
vient d’arriver ce matin 1er décembre, à la fois laconique et plein
d’espérance : « vu les
conditions météorologiques très mauvaises annoncées pour vendredi et donc pour
des raisons de sécurité, l’exercice est annulé et reporté à une date ultérieure
(Printemps 2012) »
.

Une telle
information nous rassure : il va neiger ! A moins que ce ne soit de
la pluie. Ce pourrait donc être une excellente information pour les stations de
ski qui sont toujours à l’état d’estive depuis le printemps et à la veille de
Noël.

Mais au-delà
de cet aspect positif, ne devons-nous pas nous inquiéter ? Pas d’exercice
par mauvais temps « pour des raisons
de sécurité »….
Les accidents arrivent-ils toujours par beau temps ?
Les secours ne se font-ils que dans des conditions optimales ? Que se
passe-t-il en cas d’accident réel par beau temps ? Les skieurs et
notamment ceux arrivant par bus tel que les groupes d’enfants, ont-ils la
garantie d’un secours optimum ?
La volonté des autorités est de ne pas faire prendre de risques inutiles aux
équipes de secours. Mais n’est-ce pas l’occasion de mettre en pratique des
moyens évitant la prise de risque ou permettant d’évaluer et atténuer ces
risques ?
Un tel exercice pourrait perturber le déneigement de la station qui envisage
une ouverture pour le week-end…. Cède-t-on à la rentabilisation au détriment de
la sécurité et des secours ?

Voilà bien
des questions sans réponses. Il faudra donc attendre les beaux jours pour
tester nos moyens de secours. Curieux comportement !

Météo à voir

·        
La
Chaîne Météo

·        
Météo-France
montagne 

Quel temps fera-t-il en montagne demain dans les Hautes-Pyrénées ?

Selon un
bulletin de Météo France rédigé le lundi 28 novembre pour la montagne :

TENDANCE POUR LES PROCHAINS JOURS : « Le
temps reste calme et plutôt ensoleillé dans un premier temps puis le vent de
Sud-Ouest commence à se renforcer Mercredi à l’avant d’une perturbation gagnant
progressivement par l’Ouest dans la journée de Jeudi mais n’amenant des précipitations
que la nuit suivante.
« L’isotherme zéro degré d’abord vers 3300m s’abaisse vers 2400m Jeudi.
«  D’un point de vue nivologique, la situation évolue peu. Dans les pentes
raides bien nord de haute altitude, quelques plaques persistent et peuvent être
encore sensibles aux surcharges. Le vent de Sud-Ouest qui se renforce à partir de
Mercredi ne devrait guère en former de nouvelles, étant donné le peu de neige
mobilisable.
 « Quant au risque de départs
spontanés, il est faible avec de rares coulées de surface dans les secteurs
très pentus prenant le soleil.
« Cette information sera renouvelée
au plus tard le Jeudi 1 décembre ».

 

 

Laisser un commentaire

3 × un =