Le Parc National des Ecrins soutient les championnats d’Europe de ski alpinisme

S’il existe des Parcs Nationaux qui abreuvent les organisateurs d’événements sportifs de tracasseries administratives allant parfois jusqu’à une procédure pénale, le Parc National des Ecrins adopte une tout autre politique, notamment,  actuellement, avec les championnats d’Europe de ski alpinisme.

Sur son site Web, le PN des Ecrins parle du « savoir faire des organisateurs du ‘team écrins Hautes-Alpes’, en lien avec la FFME » et retrace l’évolution de cette pratique compétitive en Vallouise avec en 2011 la coupe du monde de ski-alpinisme organisée à Pelvoux pour arriver aujourd’hui au Championnat d’Europe «qui se déroule entre Puy-Saint-Vincent, Vallouise et Pelvoux ».

Le PN des Ecrins précise que : « Certaines épreuves se déroulent sur le domaine skiable des stations de Pelvoux-Vallouise et Puy-Saint-Vincent (sprint, individuel jeunes…). D’autres itinéraires sortent largement de ces domaines, en particulier pour les épreuves individuelles et équipes séniors ». C’est ainsi que : « Pour chacune des éditions, l’équipe du secteur de Vallouise du Parc national des Écrins apporte son aide aux organisateurs, notamment lors de la définition des parcours hors des domaines skiables des stations afin que l’impact potentiel sur le milieu naturel soit le plus limité possible ». Et de plus, « les agents participent au traçage des épreuves et, le jour de la course, ils tiennent des points de contrôle ».

Au-delà de la compétition, le Parc National des Ecrins rappelle qu’il s’agit « cette année d’une manifestation de premier plan pour la vallée puisqu’elle s’étale sur sept journées entre le 4 et le 10 février. En tout, quelque 600 concurrents de 20 nations différentes participent à ces championnats ».

De cette manière, nous pouvons dire que le Parc National des Ecrins participe activement au développement durable de la vallée et du Pays des Ecrins en bonne intelligence avec les acteurs que sont les organisateurs de la compétition. Nous sommes bien loin de cet esprit « flic » qui anime certaines structures de protection environnementale qui ne voient dans leur mission qu’un des piliers du développement durable : l’environnement.

Sites à visiter :

Laisser un commentaire

16 + douze =