Le patrimoine de la forêt de Fontainebleau disparaît dans l’immobilisme général

Voici une photo des gravures rupestres de l’auvent des Potets prise ce 23 juin. La destruction par le feu, se poursuit dans l’indifférence générale !

Ce remarquable témoignage de la fréquentation Préhistorique de notre forêt avait déjà été mis a mal par de nombreux feux de bivouac ces dernières années et en mars 2011, j’avais publié un article sur ce blog donnant quelques pistes simples et peu coûteuses comme la pose immédiate d’un panneau explicatif et d’une grille à l’entrée de l’auvent. L’opération est facile à réaliser, (y’a plus de 16 m d’épaisseur de sable en dessous donc aucun problème pour enfoncer une grille sur un mètre ou deux).

Présentée à l’ONF comme une action permettant d’amorcer la réflexion sur la préservation du patrimoine, je pense que ça passerait sans problème. Evitons juste de leur suggérer une action du type des palissades de chantier construites au 95,2, à la J.A.Martin ou au 91.1 , outre l’artificialisation outrancière du site, les planches constitueraient un excellent carburant pour la prochaine soirée sous l’auvent !

Très franchement, ça fait mal au cœur qu’il n’y ait rien eu de réalisé, même de façon provisoire, pour ne serait-ce qu’essayer de sauver ce qu’il reste de ces gravures, malgré les appels aux secours, y compris du côté associatif. Je sais que l’on se trouve dans une zone hyper-protégée, hyper-réglementée où il faut maintenant faire des tonnes de paperasse avant toute action mais il y a des fois où il faut un peu violenter les administrations pour des urgences et ça s’en est une ! A voir le tas de nouvelles cendres au pied des gravures on comprend vite que la seule solution est d’interdire l’entrée de l’auvent.

Les feux (et même maintenant les cigarettes) ainsi que les outils d’allumage sont pourtant bel et bien interdits par notre Préfet ! Mais rien n’est fait pour surveiller ce joyaux français. D’ailleurs, on se demande bien avec quels moyens cela serait fait ! L’ONF n’est pas un organisme de protection et de sauvegarde de l’environnement. Son ministère de tutelle, encore plus en cette période de restriction budgétaire, veut de la rentabilité !

Lire l’article sur la Tribune Libre de Bleau

Laisser un commentaire

1 × 1 =