Le tourisme itinérant comme relais croissance pour le Massif des alpes

A l’occasion de son Assemblée générale annuelle qui s’est tenue à Gap, précédée d’un Conseil d’administration, la Grande Traversée des Alpes a dressé le bilan de son action au service de l’économie touristique alpine et tracé les perspectives à l’horizon 2020. Deux grands sujets ont animé et nourri les échanges : le tourisme itinérant comme relais croissance et la diversification des activités, des ressources et des partenariats de l’association.

Le Président Guy Chaumereuil a tenu, en introduction, à rappeler les évolutions territoriales et institutionnelles avec l’installation des nouveaux exécutifs des Régions Provence Alpes Côte d’Azur et Auvergne Rhône-Alpes, dont les présidents, Christian Estrosi et Laurent Wauquiez, ont souligné les « potentiels du tourisme vert », la « nécessité d’une politique d’itinérance innovante », ainsi que le confortement des thématiques d’excellence telles que « la pleine nature » et la « pleine santé ».

Deux grandes régions, 50 millions de visiteurs au total chaque année, près de 40 milliards de retombées économiques, des enjeux forts tels que l’élargissement des saisons, le confortement de la filière hébergement, la réponse aux nouvelles attentes des publics en matière d’offre scénarisée et digitalisée, de découverte des patrimoines naturels, culturels et humains et de larges perspectives « clientèles », tant au national qu’à l’international, voilà l’espace touristique sur lequel la Grande Traversée des Alpes conçoit, entreprend, anticipe et innove.

« Le tourisme itinérant est un vrai relais de croissance pour l’économie touristique du massif », déclare Muriel Faure, la directrice générale, s’appuyant sur 3 chiffres clés, particulièrement marquants des grands itinéraires :

– 50% de la clientèle est étrangère, soit 3 fois la fréquentation étrangère moyenne dans les Alpes l’été,

– 50% de la fréquentation se fait sur les ailes de saison (juin, septembre), l’itinérance constituant ainsi un formidable outil d’allongement de la saison touristique,

– Un client en itinérance a une dépense journalière 15 à 20 % supérieure à un client en séjour, garantissant des retombées économiques indispensables aux territoires de montagne.

Convaincues de cette dynamique, Marine Michel, Vice-présidente du Département des Hautes-Alpes, et Anne-Marie Forgeoux, Présidente de la Commission Montagne de la Région Provence Alpes Côte d’Azur, ont à la fois rappelé la mobilisation renouvelée des collectivités auprès de la GTA et insisté sur la nécessité de définir un modèle économique d’avenir pour pérenniser l’association dans un contexte de baisse des capacités financières des acteurs publics. Dans le même élan, Nadine Mordant, Commissaire du massif des Alpes, a souligné la force de l’expertise de la GTA pour accompagner le développement des projets d’itinérance dans les territoires et consolider l’ambition du contrat de destination « Voyage dans les Alpes ».

Un cap clair a été fixé par les administrateurs à l’issue des discussions, qui privilégie des partenariats économiques renforcés avec les acteurs privés. Muriel Faure est chargée d’établir des propositions d’évolutions statutaires, organisationnelles et financières, qui seront débattues à l’automne prochain à l’occasion d’une Assemblée générale extraordinaire. Et ce sera également un rendez-vous pour le renouvellement de la gouvernance de l’association. « Une nouvelle étape s’engage, fédératrice et ambitieuse », se réjouit le président Guy Chaumereuil.

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.