Les magazines Montagne Mag et Vertical se retirent du Piolet d’Or

Dans un communiqué publié sur leur site et rédigé par Manu Rivaud, rédacteur en chef, Montagne Mag et Vertical démissionnent du Comité de Pilotage du Piolet d’Or.

Piolets d’Or 2013 : un non résultat indigne, la démission de Montagnes Magazine et Vertical

Logo Piolets d
En décernant sans distinction un piolet d’or à chacune des expéditions nommées à cette 21ème édition le 5 avril dernier à Courmayeur, le jury présidé par le britannique Steve Venables a voulu souligner la vivacité du style alpin et de l’exploration sur les sommets du monde. Toutes ces ascensions, superbes, méritaient effectivement d’être mises en valeur publiquement via leurs nominations aux 21èmes Piolets d’Or. En revanche elles ne méritaient pas d’être récompensées ainsi par un prix identique, tant trop de facteurs caractérisant ces ascensions diffèrent.

Ainsi ce jury a-t-il manqué, à Courmayeur le 5 avril, de servir l’alpinisme en omettant de souligner ces différences. Qui peut aujourd’hui récompenser l’ascension du Nanga Parbat par l’arête Mazeno de la même manière que l’ascension de la Proue de Shiva, sans la moindre amertume ? Les choix de nominations du jury étaient pourtant prometteurs.

Avoir agi ainsi, c’est négliger les notions d’engagement, les problèmes liés à l’altitude et les capacités des hommes à innover. C’est brouiller les repères des générations futures. C’est se renier en partie, et renier l’histoire de l’alpinisme. C’est négliger l’art de gravir les plus hauts sommets et ses artistes, et encore se moquer des ascensions nommées aux vingt premières éditions des Piolets d’or et qui n’ont pas été récompensées par ce prix, resté référent jusqu’à aujourd’hui.

C’est avoir agi en méprisant les partenariats publiques et privés qui permettent à l’événement d’exister (N.B. : les Piolets d’Or sont actuellement financés par les villes de Chamonix, Courmayeur, les régions Rhône Alpes et d’Aoste, un ensemble de partenaires privés et institutionnels de la montagne).

Montagnes magazine, co-fondateur et co-organisateur des Piolets d’or depuis 1991 regrette donc le résultat de cette 21ème édition qui affaiblit l’événement et son statut référent, qui d’une certaine manière brouille l’image de l’alpinisme aux yeux du grand public, et ne rend pas compte de la véritable personnalité des alpinistes qui en font l’histoire.

Montagnes magazine tient à signaler qu’il a toujours milité au sein de l’organisation des Piolets d’or pour éviter de récompenser sans distinction l’ensemble des ascensions nommées lors des cérémonies, tout en laissant la souveraineté au jury d’attribuer un à plusieurs prix.

Co-organisateur et fournisseur de contenu des Piolets d’Or de 2002 à cette dernière édition, membre du Comité de pilotage des Piolets d’or depuis 2008 aux côtés de Christian Trommsdorff, co-président du GHM, des villes de Chamonix et de Courmayeur, votre serviteur rejoint Claude Gardien, rédacteur en chef de Vertical également membre du Copil et démissionnaire de celui-ci depuis le 4 mars 2013, et démissionne ce jour, lundi 8 avril 2013, de ce même comité.

Source

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.