Les métiers de la montagne se dotent de « compétences environnementales »

111 communes à travers cinq massifs dans l’Hexagone se sont regroupées en association et ont élaboré une charte environnementale en 2007. De nombreux investissements et initiatives ont vu le jour, modifiant en profondeurs certains métiers sur place.

La Semaine du développement ­durable (jusqu’au 7 avril) n’est pas un vain mot pour l’Association ­nationale des maires des stations de montagne (ANMSM). Un organisme qui regroupe 111 communes (pour 99 stations) à travers cinq massifs dans l’Hexagone et qui, en 2007, a élaboré une véritable ­charte environnementale destinée à mener des actions d’envergure «dans les domaines de l’eau, des déchets, de la mobilité, des économies d’énergies, de la biodiversité et de la sensibilisation de nos concitoyens».


Berger peut aussi être un métier
de montagne

Aujourd’hui, cinq ans ont passé et l’heure d’un premier bilan est venue. La charte développement durable de l’ANMSM, qui fixe huit axes de travail et préconise 130 initiatives, s’est concrétisée sur le terrain par quelque 2400 actions. Dont plusieurs projets gourmands en investissements comme l’implantation d’une chaufferie biomasse ou d’une station d’épuration. Tandis qu’un comité na­tional de pilotage impulse cette ­démarche volontariste en faveur de l’environnement, un référent est chargé sur chaque site de coordonner les efforts…..

En savoir plus…..

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.