Les plantes invasives s’envolent par hélicoptère dans les Calanques

Mercredi 21 novembre, 1,8 tonne de plantes invasives a été évacuée par hélicoptère sur les sites de la Candelle et de Morgiou, au cœur du Parc national des Calanques. C’était le dernier jour de l’opération d’éradication des invasives, démarrée le 5 novembre.        


 


• Inventorier, restaurer et préserver les milieux naturels


Les invasions biologiques sont aujourd’hui considérées comme la deuxième cause mondiale de l’érosion de la biodiversité. L’ONF prend en compte cette problématique et entreprend chaque année, depuis les années 90, des actions d’éradication dans les Calanques.


Cette année, l’objectif de l’opération était d’arracher trois espèces envahissantes qui perturbent l’équilibre du milieu naturel, à savoir le Figuier de Barbarie, la Luzerne arborescente et l’Agave d’Amérique. Ceci au profit d’espèces protégées comme la Lavatère maritime (Lavatera maritima) et l’Hélianthème à feuilles de lavande (Helianthemum lavandulaefolium).


 


§  Un traitement ‘en douceur’


Supprimer une espèce envahissante ne signifie pas pour autant détruire un site. Il s’agit au contraire de traiter ‘en douceur’ la zone concernée afin de favoriser la dynamique naturelle des espèces locales. Pour cela, l’arrachage se fait manuellement à l’aide de pioches, tronçonneuse ou barre à mine pour les rhizomes logés dans les fissures rocheuses. Un travail minutieux réalisé par des ouvriers forestiers spécialisés, avec une attention particulière portée aux conditions de santé et de sécurité au travail. En effet, les figuiers de Barbarie et les Agaves sont urticantes et piquantes. Dans ces conditions, gants de protection, lunettes, masques et combinaisons sont requis pour garantir aux ouvriers confort et innocuité.


Les sites, très escarpés, sont difficiles d’accès. Les végétaux ont donc été évacués par héliportage : après arrachage, ils ont été placés dans des sacs de type Big-Bag entreposés sur site, puis transportés par hélicoptère jusqu’à un centre agréé.


 


§  Une action sur le long terme


Il faut compter 8 à 10 ans pour éradiquer complètement des espèces invasives. Les ouvriers forestiers retourneront sur les sites pour enlever tous les rejets pendant les deux prochaines années. Puis des suivis réguliers seront réalisés sur le long terme par les forestiers naturalistes. Un travail de longue haleine qui mobilisera l’ONF gestionnaire et le nouveau Parc national.


Ce chantier, entièrement financé et réalisé par l’ONF, répond aux ambitions du Parc national des Calanques et a été validé par son conseil scientifique. Il a été soutenu par la ville de Marseille, la Dreal et le Parc national qui ont donné les autorisations nécessaires pour mener à bien ce travail au profit de la biodiversité des Calanques.


 


Photo du titre Yves Penet / ONF


Les autres photos de l’ONF : http://www.onf.fr/mediterranee/++oid++196d/@@display_gallery.html


Source


 

Laisser un commentaire

4 × cinq =