L’IFSC introduit une politique de carence énergétique relative dans le sport (RED) pour protéger la santé des athlètes

Pour protéger la santé de ses athlètes, la Fédération internationale d’escalade sportive (IFSC) a introduit une réglementation complète relative à la déficience énergétique relative dans le sport (RED). La nouvelle politique entrera en vigueur le 15 février 2024.

La Fédération internationale d’escalade sportive (IFSC) est devenue la première fédération internationale à introduire une réglementation complète relative à la déficience énergétique relative dans le sport (RED), avec la mise en œuvre d’une nouvelle politique d’événements pour les athlètes avant la saison 2024.

Développée par des experts scientifiques de l’IFSC et basée sur les conclusions du groupe de consensus RED du Comité international olympique (CIO), la politique est conçue pour renforcer la protection de la santé et des droits des athlètes.

La nouvelle politique étant déployée avant la saison 2024 d’escalade et de parescalade, qui débutera à Keqiao, en Chine, le 9 avril, elle sera pleinement mise en œuvre et opérationnelle pour les Jeux Olympiques de Paris 2024 et les séries de qualification olympique.

La politique verra l’IFSC travailler en tandem avec les fédérations nationales, les athlètes et une commission externe d’experts indépendants dans le domaine des RED.

Comme les RED ne sont actuellement pas identifiables à l’aide d’un seul test ou méthode de dépistage, la commission médicale de l’IFSC, dirigée par le professeur Naama Constantini qui fait également partie du groupe de consensus d’experts sur les RED du CIO, a conclu qu’une procédure de dépistage plus complète était nécessaire pour garantir une image précise. de la santé d’un athlète.

En tant que telle, la politique IFSC RED exigera :

– Les athlètes doivent remplir deux courts questionnaires visant à accumuler des paramètres personnels pour des critères tels que la taille, le poids, la fréquence cardiaque et la tension artérielle ;

– Les fédérations nationales doivent délivrer à chaque athlète un certificat de santé ou demander des tests supplémentaires avant de fournir une « autorisation » à l’IFSC ;

– L’IFSC lancera des tests aléatoires et ciblés des paramètres (y compris l’IMC, la fréquence cardiaque et la pression artérielle) tout au long de la saison d’escalade. L’IFSC stockera également les informations fournies par les fédérations nationales ;

– Une Commission Externe pour examiner les données des cas suspects, en comparant les données collectées avec celles des certificats sanitaires de la Fédération Nationale.

« Le nouveau système souligne notre engagement envers la santé de nos athlètes », a déclaré le président de l’IFSC, Marco Scolaris. « La politique nous aidera non seulement à déterminer quels athlètes sont les plus à risque, mais elle contribuera également à sensibiliser le public à ce problème, à fournir de l’aide à ceux qui en ont besoin et à garantir que les droits de chaque athlète sont protégés.

« Les fédérations nationales sont la clé du succès de la nouvelle politique, car la santé et le bien-être des athlètes relèvent de leur compétence au niveau national. Nous sommes impatients de collaborer étroitement avec elles sur cette question. »

Les RED sont un syndrome qui affecte la santé et les performances et est causé par une inadéquation entre les calories consommées et brûlées pendant l’exercice. Cela peut entraîner de nombreux problèmes de santé et de performances à court et à long terme.

Bien que la véritable prévalence des RED varie selon les sports, le groupe de consensus du CIO sur les RED a constaté que « Le syndrome reste souvent méconnu des athlètes eux-mêmes, de leurs entraîneurs et des cliniciens des équipes et peut être involontairement exacerbé par la ‘culture sportive’ en raison des gains de performance perçus à court terme résultant de la limitation de l’apport calorique. »

« Il y a eu des appels pour que l’indice de masse corporelle (IMC) soit utilisé comme critère pour les RED, mais à lui seul, un simple test d’IMC ne fournit pas une image précise de la santé d’une personne et, surtout, ne serait pas non plus défendable légalement. , » a déclaré le directeur général de l’IFSC, Piero Rebaudengo.

« De plus, l’IMC varie considérablement d’un pays à l’autre. Exclure des athlètes de la compétition sur la seule base d’un IMC constituerait donc une violation flagrante de leurs droits. »

Sur cette base, l’IFSC a entrepris d’élaborer une politique plus globale en matière de contrôle des RED, visant à protéger la santé des athlètes d’une part et leurs droits humains d’autre part.

« La santé, le bien-être et la sécurité des athlètes ont été et resteront toujours une priorité pour la commission des athlètes. La politique annoncée aujourd’hui est le début du voyage visant à rendre notre sport plus sûr en abordant un sujet complexe et sensible »,« , a déclaré l’olympienne britannique Shauna Coxsey.

« En tant que président de la commission des athlètes, je continuerai à travailler avec mes collègues membres de la commission pour garantir que la voix des athlètes soit entendue et qu’ils soient soutenus à mesure que ces nouvelles politiques sont mises en œuvre. Je tiens à remercier la commission médicale et le département des sports pour le le travail acharné et le dévouement dont ils ont fait preuve dans l’élaboration de cette politique. Nous pensons qu’il s’agit d’une étape positive vers la protection des athlètes.

Retrouvez la politique complète des RED sur le Site Internet de l’IFSC

Laisser un commentaire

1 × 5 =