Louis-Philippe Loncke achève dans la douleur la traversée nord-sud de la Tasmanie

Le belge Louis-Philippe Loncke achève dans la douleur la traversée nord-sud de la Tasmanie

En juillet dernier l’aventurier belge Louis-Philippe Loncke partait pour ce qui devait être son expédition la plus difficile et la plus exigeante entreprise à ce jour.

Un défi pour ce spécialiste de la traversée de déserts à pied, dont la Vallée de la Mort et le désert de Simpson en Australie. Il s’apprêtait en effet à traverser la Tasmanie en plein hiver. Ce trek était si intimidant qu’il admettait ne pas être sûr de pourvoir vraiment le faire.

Et si il a réussi son défi, il admet qu’il a été tout aussi difficile et exigeant que ce qu’il avait prévu.

52 jours réalisés pour 44 jours prévus

Le journal australien ABC News fait le point sur l’expédition, qui a duré 52 jours. En atteignant la ligne d’arrivée, Louis-Philippe Loncke est devenu la première personne à effectuer une traversée en solitaire et sans soutien de cet État australien en hiver. L’expédition a officiellement débuté le 5 août dans la ville de Penguin et s’est terminée cette semaine à Cockle Creek à l’extrême sud de la Tasmanie.

Dans sa progression, Louis-Philippe Loncke a dû faire face à de la neige épaisse – parfois jusqu’au niveau de sa taille – et ce dans les régions les plus reculées de cette île. Il a également traversé d’épaisses forêts et a du contourné de nombreux lacs sauvages pour se diriger vers le sud. Et ce en solitaire.

Surtout, pour valider le projet, il terminer la traversée sans recevoir de ravitaillement en nourriture, et ne pas dormir ailleurs que dans sa tente.

Eau chaude et cachets d’aspirine

Lorsqu’il s’est mis en route, le sac du belge pesait 60 kilos et embarquait de la nourriture pour 44 jours. À la fin, il n’avait donc plus de provision et a dû rationner le restant de sa nourriture et de son carburant (pour chauffer sa bouffe) jusqu’à l’arrivée.

Vers la fin de son périple, son dîner était composé d’eau chaude et de quelques aspirines. Et son petit-déjeuner d’une petite poignée de noix. Et d’un bon stock de neige apparemment. Bref, il a perdu 15,5 kg en route. Sans compter une énorme fatigue mentale et physique.

L’objectif de Louis-Philippe Loncke ne consistait pas seulement à devenir le premier à traverser la Tasmanie en hiver. Une équipe de scientifiques va étudier des données récoltées au cours du voyage pour comprendre comment le cerveau prend des décisions lorsqu’il est stressé. Au cours de son périple, l’homme a effectué une série de tests qui aideront les chercheurs à mieux comprendre ce que les situations extrêmes font à notre capacité de concentration.

Une douche et repas chaud comme récompense

Pour l’instant, Louis-Philippe Loncke profite d’une douche chaude et d’un repas chaud alors qu’il entame son processus de rétablissement après un voyage si difficile. Il restera encore quelques jours en Australie avant de rentrer en Belgique la semaine prochaine.

Pour en savoir plus sur son expédition, c’est là.

Pour aller plus loin sur ce sujet

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.