Louise “Loulou” Boulaz, l’alpiniste pionnière Suisse des années 30

La dent du géant

C’est une alpiniste suisse hors du commun que la Tribune de Genève vient de mettre à l’honneur dans ses pages. Née en 1908 et décédée en 1991, Louise Boulaz, plus connue sous le pseudo de «Loulou», elle boulevers le monde de la montagne dans les années 30. Membre de l’équipe nationale suisse de ski alpin entre 1936 et 1937, elle obtient la 4e place du slalom aux championnats du monde, organisés à Chamonix en 1937.

Mais c’est dans le domaine de l’alpinisme qu’elle se fait véritablement un nom. À cette époque, Louise Boulaz s’impose ans une discipline fortement marquée par les hommes. A titre d’exemple, la section genevoise du CAS (Club Alpin Suisse) n’admet pas de femmes parmi ses membres.

Louise Boulaz réalise alors plusieurs des premières ascensions féminines dans le massif du Mont-Blanc. Avec Lucie Durand, “elle grimpe la façade sud de la Dent du Géant en 1933, tout comme celle du Requin. Puis elle mène la traversée des Grands Charmoz et des Droites en 1935”. Louise Boulaz accomplit également des premières tout court. Elle est la première à monter la face est du Bel d’Oiseau en 1938 et à escalader la paroi nord du Zinalrothorn en 1941 (4221 mètres).

Expédition meurtrière en Himalaya

Des années plus tard, en 1959, elle participe à une expédition entièrement féminine dans l’Himalaya vers le Cho Oyu (8201 mètres). Suite à une avalanche, elle perd plusieurs de ses partenaires.

A noter qu’elle a également traduit en 1951 en français le livre d’Anderl Heckmair «Les trois derniers problèmes des Alpes: la face nord du Cervin, la face nord des Grandes Jorasses, la face nord de l’Eiger.»

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.