L’ours met en émoi les habitants des Pyrénées, divisés sur le sort de l’espèce

Défense d’une économie de montagne contre protection du patrimoine naturel : la consultation qui vient de s’achever sur un nouveau lâcher d’ours dans les Pyrénées révèle les visions irréconciliables des pro et des anti-ours, et pourrait préfigurer un accès de fièvre rappelant ceux du passé.

Sollicités depuis le 27 décembre, les habitants de 930 communes du massif pyrénéen ont eu jusqu’au début de ce mois pour adresser leurs observations au préfet des Pyrénées-Atlantiques sur ce sujet toujours passionnel. 16 000 personnes ont soutenu l’idée de poursuivre le repeuplement du massif.

Le lâcher d’une ourse, prévu au printemps dans le Béarn (Pyrénées-Atlantiques), vise à maintenir les effectifs des plantigrades à une vingtaine (mais sans les renforcer), à la suite de la mort de l’ourse Franska en 2007.

En savoir plus….

Laisser un commentaire

seize + 13 =