L’été indien de Christophe Dumarest


Le jeune guide de haute montagne, a notamment ouvert au Laddack (Inde) une ligne sur le Stockanghi (6125m).

Au départ, Christophe Dumarest et son jeune compagnon de cordée Yann Borgnet souhaitaient ouvrir une nouvelle voie dans « Shafat Fortress », superbe « big wall » de 900m culminant à presque 6000m d’altitude, à la frontière entre l’Inde et le Pakistan. Une face conquise seulement une fois par des Américains. Mais les deux alpinistes ont dû renoncer : la face de granit sablonneux était largement détrempée et donc dangereuse. Leur séjour au camp de base, à près de 4000m d’altitude, vaste champ de blocs rêvé pour ces grimpeurs avertis, leur laisse toutefois d’excellents souvenirs même si le rejoindre a déjà été une expédition en soi… En témoigne notamment la traversée d’un large torrent en crue nécessitant l’installation d’un système de tyrolienne !
A leur retour sur Leh (« capitale » du Laddack, Inde), les deux hommes ont toutefois profité de leur fin de séjour pour ouvrir une ligne sur le Stockanghi. Ils ont rejoint l’une des arêtes de ce sommet culminant à 6125m et parcouru une seule fois avant eux. Ils l’ont atteinte via un couloir de neige et de glace d’une inclinaison équivalente au couloir Couturier à la l’Aiguille Verte (massif du Mont-Blanc).
« C’était une belle expédition en petit comité dans la pure tradition du style alpin », conclut Christophe qui n’exclut pas de retenter l’expérience.

Source

Laisser un commentaire

quatre × un =