MILLET ouvre un flagship à Paris

Sa marque Millet ouvre sa première boutique à Paris. Revenu aux bénéfices, le groupe veut rebondir à l’export.

Millet vient d’ouvrir son premier camp de base à Paris. La marque phare du pôle montagne de Lafuma (Millet, Eider, Oxbow) prévoit d’inaugurer deux autres boutiques d’ici fin 2015 en Suisse, dans les célèbres stations de Zermatt et de Grindelwald. Un axe prioritaire de croissance. « L’objectif est d’avoir des lieux symboles de l’alpinisme qui sont les racines de Millet », note Frédéric Ducruet, en charge des activités montagne. En 1950, Millet a équipé la première expédition dans l’Annapurna, un des sommets de l’Himalaya, menée par Maurice Herzog. Cette expansion du réseau va se poursuivre à l’international. « Millet est une marque iconique. Elle doit être présente à Paris, après Tokyo, où nous avons déjà trois magasins, et dans d’autres grandes villes mondiales », annonce Félix Sulzberger, le PDG de Lafuma et du suisse Calida, également propriétaire d’Aubade.

Le nouvel actionnaire de Lafuma a réussi en à peine deux ans un « retournement » de l’équipementier français. Après une perte nette de 69 millions d’euros en 2013, son résultat a rebondi à 2,3 millions pour 172 millions de chiffres d’affaire. «Une grande part était liée à des pertes structurelles et pas opérationnelles », relativise le patron. N’empêche, l’inventeur du sac à dos est reparti sur ses deux pieds.

Segmentation des marques

Clef de la relance : sa réorganisation, avec la concentration des activités montagne à Annecy (Haute-Savoie), autour des marques Millet, Eider et de la partie habillement de Lafuma. L’activité mobilier de camping a été séparée, avec la création d’une entité, restée elle à Anneyron (Drôme), le site historique de l’entreprise. « Cela a permis beaucoup de synergies, et donc d’économies, avec par exemple l’obtention de meilleures conditions des fournisseurs, reprend Frédéric Ducruet. Etre sous le même toit a aussi favorisé la segmentation des marques et le travail sur leur complémentarité, tout en conservant leur autonomie, y compris dans l’innovation ». Millet joue la carte technique auprès des adeptes de la montagne, Eider vise les pratiquants de ski et de sport de plein air, tandis que Lafuma s’adresse aux randonneurs. Son offre ski a été supprimée.

Lire l’article complet sur les échos ici.

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.