Mont-Blanc : enquête sur les secrets enfouis des disparus de la montagne

Les gendarmes du PGHM, en mission d'observation : quand la météo le permet, les militaires survolent et sont hélitreuillés sur les lieux de disparitions.

Une écriture soignée, à l’encre bleue, court sur un papier à lettres un peu désuet. De sa Picardie, une grand-mère a adressé un courrier aux gendarmes du Peloton de Haute Montagne de Chamonix qui l’ont précieusement archivé dans de grands classeurs de couleur. La dame est âgée, sait qu’elle ne sera pas éternelle, mais espère toujours que le jour viendra où l’on cherchera à la joindre pour l’avertir de “la nouvelle”. Son fils a disparu en juillet 1994 dans le massif du Mont-Blanc après une chute de sérac. Les blocs de glace qui se sont détachés l’ont peut-être enseveli. A moins qu’il n’ait chuté dans une crevasse. Il est introuvable.

Lire l’article

ad NCV

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/6f7a26ffab24db51e03c89870151ed91/kairn/wp-content/themes/Newspaper_kairn/includes/wp_booster/td_block.php on line 353

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.