Montagne – Alpinisme – Marcel Pérès, un montagnard Colonel de la Réserve Citoyenne de la Gendarmerie

Marcel Pérès, originaiare des Hautes-Pyrénées, est aujourd’hui un « exilé professionnel » dans les Alpes, en Isère. Il vient d’être nommé, au rang exceptionnel très rarement attribué, au grade de Colonel de la Réserve Citoyenne de la Gendarmerie, sur proposition du Général d’Armée Denis Favier, Directeur Général de la Gendarmerie.

Pour Marcel Pérès, abcien directeur de l’ENSA de Chamonix, c’est un peu le retour à ses armes d’enfance. Son père a occupé, dans la vallée des Gaves dans les Hautes-Pyrénées, les fonctions de Commandant de la Brigade de Gendarmerie de montagne de Pierrefitte-Nestalas, puis de Cauterets et ensuite d’Argelés-Gazost, pendant près de vingt ans. Pendant ce temps Marcel devenait postier intérimaire à Argelès-Gazost et professeur d’histoire au collège de Luz. Il poursuit trois ans d’études à l’institut d’études politiques de Toulouse et devient inspecteur départemental de l’éducation nationale et directeur départemental de la jeunesse et des sports en Haute-Garonne puis inspecteur principal régional en Midi-Pyrénées. De 1978 à 1983, il dirige l’école nationale du ski et de l’alpinisme à Chamonix Mont-Blanc par où sont passés de nombreux guide de haute montagne et moniteurs de ski.

En 1983, il débute une carrière préfectorale en passant, loin des montagnes, par la Charente-Maritime avant de revenir à Barcelonnette dans les Alpes de Haute-Provence puis directeur de cabinet du Préfet de l’Isère et sous-préfet de Grenoble.

Son expertise montagnarde et de la sécurité en montagne le conduisent vers les XVI° jeux olympiques d’hiver d’Albertville. Il y assurera les fonctions de conseiller technique du ministre délégué à la sécurité civile et aux collectivités locales puis chargé de mission du ministre de l’Intérieur pendant deux ans.

Il poursuivra sa carrière préfectorale en Gironde, à Lens dans le Pas-de-Calais et Draguignan dans le Var. En 2003, retour au ministère de l’intérieur en qualité de chargé de mission pour préparer la loi de modernisation de la sécurité civile. A cette occasion, il rédigera un rapport ministériel sur « la nécessité de maintenir la gratuité du secours en montagne » mettant fin à une polémique et une fronde des milieux de la montagne. Par la suite, il saura mettre en garde les responsables d’associations sur le risque pénal et civil en cas d’accident dans des sorties, même banales, en montagne.

Il écrira une dizaine d’ouvrages liés à la montagne, l’alpinisme, la sécurité et au droit de la montagne. C’est sans doute toute cette œuvre qui marquera le plus les pratiquants de la montagne.

Les ouvrages de référence de Marcel Pérès

Grandes tragédies et dénouements heureux dans les Pyrénées : ces ‘héros’ discrets du secours en montagne – Editeur : MonHelios

La Cordée royale : Édouard Whymper et Michel Croz, le prince des guides — Éditions Guérin, 2011. (Grand Prix du Salon du livre de Montagne de Passy 2011.)

Henry Russell et ses grottes : le fou du Vignemale – Ed. Presses universitaires de Grenoble, 2009. (Grand Prix du Salon du livre de Montagne de Passy 2010.)

Secours en montagne et en milieu vertical – (photos de Philippe Poulet) – Ed. Mission Spéciale Productions, 2008.

Droit et responsabilité en montagne : jurisprudence relative aux activités sportives et touristiques en montagne– Presses universitaires de Grenoble, 2006.

– Secours extrêmes en montagne et en milieu vertical – (photos de Philippe Poulet) – Éditions Libris, 2004. (Grand Prix Littéraire de la Gendarmerie.)

– Les Métiers de la montagne – (avec la collaboration de Bruno Fleury) – Glénat, 1991.

– La Formation aux métiers sportifs de la montagne – (avec la collaboration de Bruno Fleury) – Vigot, 1987.

– L’Alpinisme Presses universitaires de France, 1987. – Ed. Que sais-je ?, 1255

– Le Ski alpin Presses universitaires de France, 1986. – Ed. Que sais-je ?, 1232

Toutes nos félicitations à Marcel Pérès qui, malgré quelques écarts professionnels obligés hors des montagnes est toujours resté fidèle à la montagne et à ses Pyrénées d’origine.

Louis Dollo

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.