Montagne – Alpinisme – Mont-Blanc : pour les Italiens, les Français déplacent les bornes

L’installation d’une barrière de sécurité sur le glacier du Géant réveille un conflit frontalier vieux d’un siècle et demi.

En montagne comme en diplomatie, il suffit parfois d’un rien pour déclencher une avalanche. S’il ne date pas d’hier, le contentieux qui oppose la commune française de Chamonix au conseil régional de la Vallée d’Aoste, en Italie, a pris une nouvelle tournure depuis quelques jours. Le gouvernement de Matteo Renzi a été appelé à réagir après l’installation par les Français d’une barrière de sécurité dans une zone que les Italiens revendiquent depuis cent cinquante ans.

Commandée par Eric Fournier, le maire de Chamonix, pour pallier un déficit de sécurité sur le glacier du Géant depuis la mise en service d’un téléphérique italien en mai, l’installation du dispositif français est considérée comme une ingérence par le conseil régional italien du Val d’Aoste. «C’est grotesque, s’il y a eu une erreur de coordonnées GPS, elle n’est que de quelques mètres et pas de 300 comme l’ont affirmé les Italiens dans les colonnes de la Stampa», a réagi Eric Fournier.

En savoir plus….

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.