Montagne – Pyrénées – Les prairies permanentes Basco-Béarnaises – Caractériser la diversité, les modes d’utilisation et les services écosystémiques

Les éleveurs de montagne que nous rencontrons au cours de nos randonnées sont souvent critiqués en raison de leur opposition aux grands prédateurs ours, loups ou lynx (mais également chacal doré, espèce invasive en cours d’installation) ou de la présence de leurs chiens de protection notamment les Patou (Bergers des Pyrénées).

Estive basque à Iraty

Ce que nous savons moins….

Un point qui n’est jamais mis en avant et qui est l’essentiel en faveur de ce type d’élevage c’est l’article L113-1 du Code Rural qui stipule : « Par leur contribution à la production, à l’emploi, à l’entretien des sols, à la protection des paysages, à la gestion et au développement de la biodiversité, l’agriculture, le pastoralisme et la forêt de montagne sont reconnus d’intérêt général comme activités de base de la vie montagnarde et comme gestionnaires centraux de l’espace montagnard. »Voir l’article complet

Dans cet esprit, une co-production édité par la Chambre d’Agriculture des Pyrénées Atlantiques sur les prairies basco-béarnaises, vient de sortir pour essayer de donner du sens concret aux concepts de ‘services écosystémiques’, de ‘biodiversité’ … et mettre en avant le rôle des pratiques agropastorales… et de réconcilier les éleveurs avec leurs pratiques.

« Pour les éleveurs du Pays Basque et du Béarn, la prairie est la plus grand richesse, la principale ressource sur laquelle reposent nos exploitations, nos ateliers de vaches, de brebis, et leurs productions. Dans la poursuite des traditions et de l’héritage reçu, nous avons fait le pari de développer une agriculture de qualité, basée sur des produits de qualité, mais aussi une agriculture responsable, soucieuse de l’entretien de paysages exceptionnels, de sa contribution au maintien d’une biodiversité remarquable. La prairie est au cœur de notre métier, du territoire, de nos savoirs faire. Et nous avons encore des marges de manœuvre pour la valoriser ».

…//…

« Cette typologie des prairies a été élaborée à partir des relevés botaniques et des enquêtes réalisées au sein de 50 exploitations des Pyrénées Atlantiques, réparties entre la zone de montagne basco-béarnaise et son piémont immédiat. Ces exploitations sont toutes situées en zone d’Appellation d’Origine Protégée Ossau-Iraty.

« Au sein de chaque exploitation, trois à cinq parcelles étaient sélectionnées avec les éleveurs en ciblant à la fois des prairies temporaires, des prairies permanentes en gestion intensive et en gestion extensive ainsi que des parcours ».

…//…

« Enfin, tout état des lieux s’inscrivant dans une temporalité, les milieux décrits peuvent être amenés à évoluer, en particulier en réponse aux changements climatiques auxquels nous sommes confrontés. Des éléments d’appréciation et de questionnement sur ces évolutions sont présentés en dernière partie du document ».

Le pratiquant de la montagne, et notamment la moyenne montagne, qui s’intéresse à cette biodiversité exceptionnelle créée et entretenue par les éleveurs de montagne, ici du Pays Basque, mais c’est la même évolution sur toutes les montagnes, pourront lire et télécharger le document depuis cette page.

Laisser un commentaire

dix-neuf − 6 =