Parc national des Pyrénées : à la découverte d’un écosystème fragile de montagne

La pratique de la raquette et du ski de randonnée dans la réserve du Néouvielle exige de respecter certaines règles de conduite afin de préserver la faune.

Le jour se lève. Dans des halos rouges, émerge la silhouette plate du Néouvielle (3 091 m) – le seigneur des lieux – coiffé de neige. Le soleil éclaire peu à peu le lac d’Aubert, pris dans la glace. Le cœur de la Réserve naturelle du Néouvielle est recouvert d’un léger manteau blanc. Le faible enneigement et les températures douces – ce mardi 18 janvier – sont dignes du printemps. Ces conditions facilitent la subsistance de la faune qui peut se nourrir plus aisément. Surtout, les animaux puisent moins dans leurs réserves pour résister à des conditions climatiques rudes. L’hiver, le mercure peut descendre jusqu’à moins vingt degrés.

« Beaucoup d’animaux meurent. Même les plus forts perdent plus du tiers de leur poids en hiver », indique Didier Moreilhon, garde du Parc national des Pyrénées.

En savoir plus….

Laisser un commentaire

18 − six =