Partir en vacances au ski est pour beaucoup un voyage de privilégiés

En 2018 seulement 8% des Français ont annoncé partir au ski au moins un an sur deux. 40% des cadres sont concernés, pour seulement 8% des ouvriers d’après l’Observatoire des Inégalités. Conséquence, d’après l’INSEE, bien que la saison 2017-2018 ait connu un léger retour dans les stations, durant celle 2016-2017, le ski avait été boudé.

Cela peut notamment s’expliquer par des raisons financières. Partir en vacances au ski est pour beaucoup un voyage de privilégiés. Si l’on en croit le baromètre Ski Express, une semaine au ski coûte en moyenne 480 € par personne, une moyenne qui se situe légèrement en dessous de 500 €, soit le budget maximal que se fixent près de 75% des Français qui partent au ski.

Or, si le ski n’attire pas forcément tout le monde, beaucoup se prive de tester l’activité ou de la pratiquer régulièrement (c’est-à-dire une fois tous les ans ou tous les deux ans) par soucis financier : 36% des Français qui ne vont pas au ski expliquent ne pas le faire par manque de moyens (toujours d’après l’Observatoire des Inégalités).

En parallèle de ce phénomène de privation, la saison 2016-2017 a été un coup dur pour le ski, car les stations pyrénéennes ont été désertées.

La hausse de 2018 a rassuré les stations, mais il apparaît que les départs au ski sont très influencés par le moral financier des ménages français : ainsi, peu de foyers peuvent se permettre de partir chaque année au ski. Ce sont bien sûr les ménages les plus pauvres qui partent le moins.

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.