Piolets d’or 2010 : où sont les nouveaux ”conquérants de l’inutile”?

L’un est le premier homme à avoir gravi, sans oxygène, les 14 sommets de plus de 8.000 mètres en 1986. L’autre fut chef de l’expédition à l’Annapurna, premier 8.000 mètres vaincu en 1950, sans oxygène également. Reinhold Messner et Maurice Herzog se sont retrouvés à Chamonix, lors des Oscar de l’alpinisme. Le premier, auréolé du Piolet d’or carrière 2010 , a rendu un hommage poignant au second : ‘Maurice n’était peut-être pas le meilleur grimpeur, mais, sans son enthousiasme extatique, personne ne serait arrivé au sommet.’

En brisant les limites de la très haute altitude, ces deux légendes ont inscrit leur nom dans la mémoire collective. Leur style, dit alpin, léger et sans artifices exagérés (cordes fixes, porteurs, oxygène) véhicule les valeurs d’un authentique parfum d’aventure. Une dimension que l’on retrouve dans la charte éthique des Piolets d’or, qui récompense les plus belles ascensions de l’année sur la base de critères comme l’élégance du style, l’esprit d’exploration (choix de l’itinéraire ou du sommet, innovation), l’engagement, le haut niveau technique, l’économie de moyens.


En savoir plus….

ad NCV

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/6f7a26ffab24db51e03c89870151ed91/kairn/wp-content/themes/Newspaper_kairn/includes/wp_booster/td_block.php on line 353

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.