Préserver le foncier agricole en montagne

De plus en plus d’élus locaux prennent conscience de l’enjeu de maintenir des terres destinées à l’alimentation locale. L’accès au foncier, pour beaucoup de jeunes agriculteurs, reste un véritable problème, une obligation de s’endetter pour des années, quand les terres ne sont tout simplement pas racheter par les gros agriculteurs qui veulent encore s’agrandir.
La pression foncière est forte, entre les demandes de permis de construire, les projets commerciaux…

Un exemple dans la Drôme à Saint-Dizier-en-Diois :

Dans cette commune de montagne, à 1350 m d’altitude, on dénombrait, dans les années 70, onze exploitations agricoles. A partir des années 80, nombreux sont les bâtiments et les terres, abandonnés par des paysans âgés, qui partent à l’agrandissement des exploitations restantes et au développement du résidentiel secondaire. Ce qui vient concurrencer l’installation de nouveaux actifs…..

En savoir plus….

 

Laisser un commentaire

5 × un =