Quand Pierre Dalloz n’aimait pas Samivel

Après Georges Sonnier qui évoquait son cousin germain, c’est au tour de Pierre Dalloz d’esquisser un portrait du très grand artiste que fut Samivel. Nous sommes en 1927. Dalloz dirige alors le Syndicat d’initiative de Grenoble. Samivel n’est encore que Paul Gayet, un gamin de 20 ans qui aime la montagne et qui cherche des revues susceptibles de publier ses dessins. Des dessins un peu naïfs comme celui-ci :

Lire l’article

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.