Randonnée – Loi biodiversité : mettre un terme à la disparition silencieuse des chemins ruraux

Les randonneurs, que ce soit en plaine ou en montagne, se plaignent souvent de la disparition de chemins ruraux. Même si beaucoup d’entre eux sont privés, il ne faut pas perdre de vue que leur existence ne dépend que de la présence d’une activité agricole et de son évolution. Faire disparaître l’agriculture, notamment l’élevage, c’est contribuer à la disparition de ces chemins qui font bien souvent le bonheur des randonneurs.

Actu-Environnement du 29 janvier 2016 nous fait remarquer que : « Le Sénat a voté une série d’amendements visant à renforcer la protection des chemins ruraux. Ségolène Royal s’y est curieusement opposée estimant qu’il n’y avait pas de lien avec la biodiversité ». Et pourtant, ils y contribuent notamment en favorisant la disparité des paysages.

Ce média nous rappelle que :

Les sénateurs ont adopté le 21 janvier quatre amendements au projet de loi sur la biodiversité, qui se veulent ‘une réponse à la disparition silencieuse des chemins ruraux’. Ces amendements présentés par le groupe UDI reprennent une proposition de loi d’Henri Tandonnet qui avait été votée à l’unanimité par le Sénat en mars 2015 mais qui n’a jamais été inscrite à l’ordre du jour de l’Assemblée.

Que prévoient-ils ? ‘L’enjeu est de préserver les 750.000 kilomètres de chemins ruraux qui sillonnent la France, destinés en priorité à desservir les exploitations agricoles et les communes entre elles. Ces dernières y voient un enjeu environnemental et touristique important pour revaloriser les territoires ruraux. Ces chemins constituent souvent la base d’une trame verte avec cheminements bordés de haies et d’arbres. Ils sont aussi le moyen pour les usagers d’avoir accès à la nature ordinaire par les nombreux parcours qu’ils représentent’, a expliqué la sénatrice de Vendée Annick Billon, signataire des amendements.

En savoir plus……

Laisser un commentaire

5 × un =