Un nouveau traitement des gelures pour éviter l’amputation

Créé au pied du Mont-Blanc pour prévenir les risques liés au froid, l’Ifremmont mène depuis plusieurs années des recherches sur les gelures. Il s’apprête à publier un protocole thérapeutique pour réduire les risques d’amputation.

Protocoles. Au pied du Mont-Blanc, les hôpitaux de Sallanches et Chamonix disposent d’un échantillon de choix pour étudier les effets du froid sur les tissus. « Au total, nous avons traité 3.000 cas au cours des deux dernières décennies, dont environ 80 l’année dernière », estime Emmanuel Cauchy, médecin urgentiste, guide de haute montagne et directeur de l’Institut de formation et de recherche en médecine de montagne (Ifremmont). « En analysant ce vaste registre de la gelure, nous sommes parvenus à affiner les protocoles de traitements préventifs », explique-t-il.
Les statistiques laissent peu d’espoir aux victimes les plus gravement atteintes : sur une échelle de gravité de 1 à 4, 98 % des cas les plus sérieux risquent l’amputation du membre gelé et 67 % au stade 3. « D’où l’importance des protocoles que nous avons mis au point pour prévenir les évolutions des gelures les plus graves », poursuit l’urgentiste

Plus d’infos

ad NCV

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/6f7a26ffab24db51e03c89870151ed91/kairn/wp-content/themes/Newspaper_kairn/includes/wp_booster/td_block.php on line 353

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.