Une plongée sous la mer de glace

La Mer de glace fond à vue d’œil, comme peuvent le constater les habitants de la vallée de Chamonix et les quelques huit cent mille visiteurs accueillis chaque année. Le magazine Géo a voulu ausculter les entrailles du glacier, pour mieux comprendre l’accélération de cette fonte.



Au fait, d’où vient ce nom de La Mer de Glace ? C’est un Anglais, William Windham qui, en 1741 lors d’une ascension particulièrement difficile, fut séduit par ce glacier extraordinaire – appelé alors ‘Glacier des bois’- comparable aux mers du Groenland, décrites dans des récits de voyageurs.


La Mer de Glace est devenue un des sites touristiques les plus attrayants en France ; aujourd’hui, un train à crémaillère, le Montenvers, amène les touristes en moins d’une heure au bord du glacier. 800 000 visiteurs s’y pressent tous les ans.


Mais depuis quelques années, les gens de la vallée de Chamonix, tout comme les nombreux visiteurs, ne peuvent que constater la fonte spectaculaire du glacier. Il a fallu petit à petit rajouter des marches pour atteindre la grotte de glace. Et pour EDF, c’est une course contre la montre qui est engagée : sous la glace, le captage d’eau va devenir inefficace d’ici deux ans. EDF cherche une nouvelle source sous le glacier. Il faut voir le reportage photos extraordinaire de Pascal Tournaire, réalisé sous La Mer de Glace !









Ecouter la chronique et l’interview du rédacteur en chef de ‘Géo’, Eric Meyer.  (2’29’)
 

Laisser un commentaire

12 − 3 =