Voir l’Everest depuis le Tibet

Ce n’est pas le plus beau mais c’est le plus haut, le plus démesuré, le plus fantasmé. ‘Un prodigieux croc blanc jailli de la mâchoire du monde’, écrivait l’alpiniste Georges Mallory (1), disparu un jour de juin il y a quatre-vingt-sept ans, derrière un nuage, à plus de 8 000 mètres. Si l’ascension de l’Everest reste réservée à une élite, l’admirer n’est pas un rêve inaccessible. La montagne est visible dans son ensemble depuis sa face nord-est, au Tibet. Deux routes conduisent au camp de base. L’une par Katmandou, chaotique, l’autre par Lhassa, plus douce. Nous avons choisi la seconde.

Lire l’article

Laisser un commentaire

18 − deux =