Après le sanglier, le chamois aux portes de la ville en Isère

Après qu’un sanglier aurait été aperçu au cœur de Grenoble, voici un chamois croisé aux portes de Bourgoin-Jallieu.

« C’est encore plus incroyable ! », assure Bruno Veillet, directeur d’Avenir, conservatoire des espaces naturels de l’Isère.

Voilà une semaine que le capriné alpin est régulièrement aperçu en bordure de l’autoroute A 43, plus exactement sur la commune de Sérézin-de-la-Tour. Sa présence fait même l’objet d’un buzz sur les forums naturalistes.

« Pour arriver là, il a dû sacrément trotter ! Cet animal montagnard a dû faire plus de 25 km en plaine, certainement depuis le Bugey -ou plus improbablement depuis la Chartreuse- en traversant de nombreux obstacles, naturels ou pas : le Rhône, la Bourbre, et plusieurs routes départementales et communales, avant de venir buter sur l’autoroute A43 puis l’A48 », analyse Bruno Veillet. « Mais le plus surprenant, c’est de l’observer évoluer dans une plaine alluviale. S’il peut être aperçu à basse altitude, le chamois est avant tout un animal de pentes. Sa morphologie est parfaitement adaptée aux terrains escarpés ».

En savoir plus….

Laisser un commentaire

20 − 10 =