Barkley 100 : personne à l’arrivée cette année (encore)

Des candidats de l'édition 2018 de la Barkley 100 prêts au départ.

L’édition 2018 du Barkley Marathons (dit aussi Barkley 100), un ultra marathon mythique disputé dans le Tennessee, s’achève une nouvelle fois sans vainqueur. Une nouvelle fois direz vous ! La course qui s’est déroulé ce week end aux Etats-Unis est considéré comme l’ultra trail le plus dur du monde. Aucun participant n’a réussi à rallier l’arrivée assure sport.be.

Cette course absolument dingue se déroule depuis 1986 dans le Parc d’Etat de Frozen Head. 40 coureurs maximum s’affrontent à sur un parcours non fléché, et sans ravitaillement. Cette année, les mauvaises conditions météo (brouillard, pluie, froid,…) n’ont rien arrangé.

Une carte signalant les points de passage obligatoires est distribuée aux participants la veille du départ. Ensuite, ils font face à 5 tours de 32 kilomètres, soit 160 kilomètres (100 miles d’où le nom de Barkley 100), à parcourir en 60 heures maximum. La déclinivité est de 18.000 mètres.

La plupart des coureurs de la Barkley 100 n’arrivent pas à finir la première boucle de 32 kilomètres

En 2017 un seul participant était parvenu à rejoindre l’arrivée avant la fin du temps imparti. Aucune aide GPS n’est admise.

Depuis ses débuts la course a vu seulement 14 coureurs parvenir à rejoindre l’arrivée en temps et heure (soit 2% des participants). Mark Williams (UK), fut le premier à réaliser cet exploit en 1995, avec un temps très très stressant de 59 heures et 28 secondes. En 2001, Blake Wood et David Horton ont terminé ensemble en 58 heures et 21 secondes (oui, c’est tout aussi stressant). Ils ont cependant été disqualifiés pour s’être détourné du trajet pendant…180 mètres.

La plupart des coureurs qui participent à la Barkley 100 n’arrivent pas à finir la première des cinq boucles de 32 kilomètres dans les temps requis.

La légende du fugitif du pénitencier

La légende rapporte que cette course s’inspire de la fuite d’un prisonnier du pénitencier de Brushy Moutain en 1977. Le fugitif, James Earl Ray (l’assassin de Martin Luther King), parcourt 13 kilomètres en 55 heures dans les bois avant d’être repris.

D’où l’idée de l’organisateur principal de la course de se prouver, et de prouver à ses copains, qu’il était possible de courir bien plus loin dans le même temps sur le même type de terrain.

A noter que l’abandon d’un coureur est joué à la trompette par la sonnerie aux morts.

Pour aller plus loin

ad NCV

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.