Des circuits d’escalade : un travail de bénévole à respecter !

Le premier circuit d’escalade balisé à Fontainebleau est né en 1947 sous l’impulsion d’alpinistes convaincus de pouvoir s’entraîner sur les blocs de la forêt. Ces bleausards préparaient alors leurs escapades alpines en cumulant les dénivelés sur nos petits cailloux et c’est dans cette logique que, sur les rochers du Rempart du Cuvier, le premier circuit d’escalade est tracé. Le parcours dument matérialisé en rouge permet à tous de se comparer et de s’entrainer aux courses de montagne. Il sera rapidement complété d’une deuxième boucle de couleur jaune.

Son principal auteur, Fred Bernick, présentait les circuits ainsi : ‘Par la nature de sa constitution géologique, entraînant une difficulté technique sans égale en France et sans doute au monde, Fontainebleau constitue la plus poussée et la plus pure des écoles d’escalade (…) Un reproche sérieux, c’est le défaut total de voie d’une longueur suffisante pour offrir une variété et une continuité d’effort comparable à celle d’une ascension en haute montagne, ce qui manque, c’est la liaison entre les passages, cet enchaînement d’écarts, poussées, de sauts, qui oblige l’alpiniste à un travail musculaire soutenu (…) C’est avec l’intention d’en faire moins un jeu qu’un parcours d’entraînement à la haute montagne que les circuits du Rempart on été réalisés. Innovation d’un intérêt apparemment peu contestable permettant au surplus la marche encordée…’

Lire l’article sur la Tribune de Bleau

Laisser un commentaire

douze + 1 =