El Niño et la saison de ski de cette année

On parle beaucoup de cet hiver comme d’une forte année El Niño, et beaucoup de gens sont très enthousiasmés par ce que cela pourrait signifier sur les conditions de neige. Mais qu’est-ce que cela signifie réellement ?

El Niño et La Niña sont (encore pas entièrement compris…) des modèles alternés de réchauffement et de refroidissement de l’océan Pacifique, les plus notables dans la région allant de la côte sud-ouest des États-Unis jusqu’à la côte nord-ouest de l’Amérique du Sud.

El Niño est la phase chaude et nous entamons actuellement ce que l’Administration nationale américaine des océans et de l’atmosphère (NOAA) considère comme étant très probablement un El Niño fort et peut-être très fort/intense – culminant au début de la nouvelle année/au milieu de la saison de ski. .

« Notre système prédit un événement plus chaud que de nombreux autres systèmes », a déclaré Stephen Yeager, scientifique au Centre national de recherche atmosphérique. «Mais ce n’est pas hors du domaine des possibilités. Seul le temps nous dira si nous sommes précis, mais nous pensons que notre système a quelque chose à offrir et nous sommes ravis de pouvoir apporter ces connaissances à la conversation en cours sur les impacts que El Nino pourrait avoir dans les mois à venir. »

Généralement, les hivers El Niño signifient plus d’humidité et plus de précipitations, donc ceux qui ont une vision du verre à moitié plein se concentrent sur cela, ce qui signifie potentiellement plus de neige. D’un autre côté, cela fait également augmenter les températures mondiales, ce qui, en plus de ne pas être une bonne chose dans ce qui est déjà considéré comme une « urgence climatique », signifie que ces précipitations seront probablement davantage constituées de pluie ou de grésil que de belle neige duveteuse.

Mais c’est vraiment une vision d’ensemble. En ce qui concerne les détails, El Niño (et La Niña) ont tendance à être tous deux une bonne nouvelle pour certaines parties du monde du ski et une moins bonne nouvelle pour d’autres. Eh bien, en moyenne, de toute façon, nous voyons généralement certaines zones censées avoir de mauvais ou de bons résultats en matière de neige au cours d’une année donnée, mais qui s’en sortent en fait mieux ou moins bien que prévu. C’est le temps qu’il vous faut.

Se pose également la question de savoir dans quelle mesure l’influence d’El Niño/La Niña s’étend. Il est assez clairement défini en Amérique du Nord et ailleurs dans le Pacifique, mais les météorologues sont divisés sur l’ampleur et l’impact direct de son impact sur la météo en Europe à mesure que l’on s’éloigne de l’épicentre d’El Niño/La Niña et que d’autres facteurs météorologiques sont susceptibles d’avoir un impact. influence plus forte.

Ceux qui croient qu’il y a un impact sur les Alpes et ailleurs en Europe ont tendance à regarder ce qui s’est passé lors des hivers précédents, lorsqu’il y a eu un hiver El Niño, et espèrent que ce sera le cas cette fois-ci.

Une partie du buzz autour de cet El Niño vient du fait qu’il s’agit du premier « fort hiver El Niño » depuis huit ans. Ils n’arrivent pas très souvent avec les hivers si 1982-1983, 1997-1998 et 2015-16 se démarquent des quatre dernières décennies. La NOAA a déclaré que celui-ci pourrait être le plus puissant depuis plus d’un demi-siècle. Ils sont sûrs à 80 % que ce sera désormais « fort », mais ont ajouté 35 % de chances qu’il soit « historique ».

« Nous parlons d’eaux très chaudes ici dans le Pacifique Est. La majorité des modèles nous poussent désormais à environ 2 degrés Celsius au-dessus de la normale, ce qui est énorme. Cela nous place sur le territoire de Super El Nino. Avec le changement climatique, il semble de plus en plus que les événements El Nino réguliers vont devenir des événements majeurs en raison de toute la chaleur des océans », a commenté Sven Sundgaard, météorologue de Bring Me The News.

Les trois derniers hivers, y compris celui de l’année dernière qui a vu des chutes de neige record de plus de 900 pouces dans l’Utah et d’énormes accumulations ailleurs dans l’ouest des États-Unis, ont été des hivers La Niña.

Premiers signes

Les premiers signes, alors que l’actuel El Niño a commencé à s’installer au cours de la saison 2023 de l’hémisphère sud, ont vu l’Australie connaître une mauvaise saison de neige avec des températures plus chaudes que la moyenne (des températures hivernales record dans de nombreux cas en fait) et des domaines skiables fermant tôt. Dans les Andes, les nouvelles étaient parfois meilleures, avec d’énormes chutes de neige « historiques » sur plusieurs jours sur les pistes de ski d’Argentine et du Chili, mais selon les skieurs locaux, c’était un peu aléatoire dans l’ensemble, avec peu de chutes de neige entre ces événements. El Colorado au Chili, photographié ci-dessus en juillet.

Amérique du Nord

L’Amérique du Nord est la région la plus directement touchée et connaît les tendances El Niño les plus claires à suivre. Celles-ci ont tendance à apporter de fortes précipitations dans l’ouest et le nord-ouest, mais malheureusement aussi un temps plus chaud, ce qui ne signifie pas toujours de la neige. Autour des Rocheuses (Colorado/Utah), l’impact a tendance à être moindre dans les deux cas, tandis que dans l’est et le nord-est, les hivers El Niño sont connus pour leur climat plus froid, avec de multiples tempêtes du type « Nord-Est » frappant le vortex polaire. un hiver plus froid et plus enneigé que d’habitude. Doigts croisés. Nous n’en sommes bien sûr qu’au tout début, mais jusqu’à présent, il n’y a pas eu de grosses chutes de neige nulle part et bien que des dizaines de domaines skiables aient déjà ouvert leurs portes au Canada et aux États-Unis, les conditions d’ouverture sont marginales, en particulier sur la côte Est.

Photo ci-dessus des chutes de neige à Crested Butte, dans le Colorado, fin octobre.

Japon

Même si les reportages sur El Nino se sont concentrés sur l’Amérique du Nord et l’Europe, le Japon se situe bien entendu dans le Pacifique. D’une manière générale, El Nino apporte généralement des précipitations plus abondantes mais un temps plus chaud dans la moitié sud du Japon. Pour le nord, y compris l’île d’Hokkaido, la température est plus proche de la moyenne, peut-être juste un peu plus chaude et un peu plus de précipitations qu’une saison moyenne. Les premiers signes sont assez prometteurs avec une baisse des températures et jusqu’à 30 cm de neige tombée ce week-end dernier, quinze jours avant l’ouverture prévue du premier des grands domaines skiables du Japon pour la saison. Nozawa Onsen est photographié ci-dessus au début de cette semaine.

L’Europe 

Bien qu’il y ait moins de preuves que La Niña ou El Niño influencent le climat européen, certaines des tendances associées à un fort El Niño par ceux qui pensent que c’est une bonne nouvelle pour les skieurs européens – le temps froid dans le nord de l’Europe, en particulier en Scandinavie, et des chutes de neige supérieures à la moyenne en Europe. La première moitié de la saison est peut-être plus évidente jusqu’à présent que les conditions météorologiques associées à El Niño en Amérique !

Il a en effet fait très froid en Scandinavie le mois dernier avec de bonnes conditions initiales et des températures allant jusqu’à -25°C en Laponie (le Levi en Finlande est supérieur cette semaine).

Dans les Alpes également, après une première moitié d’automne chaude, novembre a connu des températures constamment froides et certaines des plus grosses chutes de neige de pré-saison depuis des années, rattrapant rapidement le terrain perdu jusqu’en octobre. Avoriaz est illustré ci-dessous.

Mais est-ce El Niño ? Quoi qu’il en soit, les skieurs auraient repris confiance après le début des faibles chutes de neige de l’hiver dernier dans les Alpes.

« Il semble que cet hiver El Nino prophétisé commence à se manifester tôt », a confirmé Richard Sinclair de la société de vacances au ski SNO. « Les réservations ont bondi car les skieurs, qui craignaient un nouveau démarrage lent de la neige, peuvent constater les formidables conditions de début de saison établies sur les webcams et les sites Web des offices de tourisme à travers les Alpes. »

Mais pour l’instant, le jury n’est pas élu, comme le commente Charlotte Duclos, de la région française des Aravis :

« La semaine dernière a été très neigeuse pour ce début novembre avec des chutes de neige sur tous les villages des Aravis, ce que nous espérons est de bon augure. Evidemment, les paysages blancs donnent envie d’en savoir plus, à l’approche du lancement de la saison hivernale et de l’ouverture des remontées mécaniques. Nous espérons que cet hiver sera plus généreux en neige que le précédent, mais nous attendrons de voir. Balme, la principale station de ski de La Clusaz, fête ses 60 ans et devrait ouvrir ses portes le 2 décembre, nous l’attendons avec impatience et nous l’espérons avec de très bonnes conditions d’enneigement.

Doigts croisés.

(Crédit de la photo en haut Syed Qaarif Andrabi)

Laisser un commentaire

neuf + dix-neuf =