Engins : quand la CRS Alpes dépollue le gouffre Berger

Vieilles cordes, cartouches de gaz, lignes téléphoniques utilisées lors des anciennes opérations de secours, casseroles et bidons, détritus divers “oubliés “par les expéditions au fil des années : le gouffre Berger, l’une des plus célèbres cavités européennes, est victime de son succès. A tel point qu’à intervalles réguliers, il est nécessaire de le dépolluer.

“Un gros chantier”

Cet automne, à l’occasion d’un rassemblement d’une soixantaine de policiers de la CRS Alpes sur le site, ce sont ces secouristes qui s’y sont collés.

Au total, ils ont hissé hors du réseau quelque 150 kilos de matériel hors d’usage et de détritus divers. « La dépollution est un thème qui nous tenait à cœur car, à notre souvenir datant d’il y a quelques années, le gouffre Berger ressemblait à une poubelle souterraine, où les expés abandonnaient leurs cordes et leurs déchets », explique Benjamin Valla, secouriste à la CRS Alpes Grenoble et initiateur de ce rassemblement qui s’est déroulé sur une semaine.

Au-delà de ce nécessaire travail de dépollution, ce rassemblement de spéléologie organisé par la CRS Alpes de Grenoble a permis à toutes les unités nationales des CRS de montagne de se joindre à l’expédition : les secouristes de Perpignan, Lannemezan, Nice, Albertville, Briançon, les formateurs du Cneas (Centre national d’entraînement à l’alpinisme et au ski) de Chamonix, ont pu parcourir le célèbre réseau du Vercors, guidés par leurs camarades grenoblois -dont l’équipe compte trois brevets d’état spéléo-. « L’objectif était de créer un événement autour d’un objectif intéressant. Avec l’aide du Spéléo Secours Isère qui nous a donné des cordes, nous avons procédé au rééquipement. C’était un gros chantier », raconte Benjamin Valla.

Lire l’article sur le dauphine.com

Laisser un commentaire

un × un =