Fay Manners et Tom Lafaille skient une grande nouvelle ligne sur l’Aiguille d’Argentière

Le 17 février, Fay Manners et Tom Lafaille ont réalisé la première descente à ski de l’Arête Charlet Straton sur l’Aiguille d’Argentière dans le Massif du Mont Blanc. Manners parle de la ligne 5.4 qu’ils ont appelée « Stratonspherique ».

Le 17 février, Tom Lafaille et moi partons du parking des Grandes Montets vers 3h30. Nous souhaitions partir de la vallée sans remontées mécaniques, ce qui fait près de 3 000 m de dénivelé positif au total. Pour commencer la journée nous avons parcouru 2 700m pour arriver au sommet de l’Aiguille d’Argentière, et nous avons atteint le sommet ouest vers 10h30 après une montée par le Glacier de Milieu.

Depuis le sommet, nous avons emprunté une ligne rocheuse, skiant sur un terrain exposé au-dessus des falaises, de la crête jusqu’en bas, là où nous pouvions trouver suffisamment de neige pour tracer une ligne logique. Nous avons dû faire un mélange de rappel, de descente et de ski raide. La première section nous a pris beaucoup de temps car c’était un terrain assez complexe, naviguant à travers des plaques de neige, au-dessus et au-dessous de falaises et de petites sections rocheuses. C’était très engageant de skier sur un terrain aussi exposé, mais la neige était lisse et nous avions bien chronométré pour skier la crête supérieure orientée vers l’est au soleil lorsque la neige s’était ramollie.

Dans la partie médiane, nous avons skié une épaule enneigée. La neige s’était parfaitement ramollie à ce stade et même si elle semblait vraiment exposée et isolée, le ski était spectaculaire. Nous pouvions voir tous les gens en bas qui remontaient à ski le Glacier de Milieu nous regardant, se demandant comment nous étions arrivés là-haut et ce que nous faisions !

Les deux couloirs inférieurs représentaient les mètres de ski les plus spectaculaires. Le premier couloir était assez étroit et comportait des passages assez techniques où il fallait vraiment contrôler nos virages sautés. Le deuxième couloir était plus large et nous pouvions le skier avec plus de virages enchaînés et c’était moins intense.

Nous avons réalisé tout le parcours dans un style alpin très pur. Sans utiliser d’ascenseurs et en plus, nous n’avons laissé aucune trace. Nous avons utilisé une corde de 30 m pour descendre en rappel sur quelques sections rocheuses abruptes, mais nous avons utilisé un nœud Dufour, ce qui signifiait que nous n’avions pas besoin de laisser de tat ou d’ancre derrière nous. Lorsqu’il était impossible de garder nos skis, nous avons descendu ou traversé des fissures dans la roche au lieu de descendre en rappel. L’ensemble de la sortie ressemblait à une expérience d’alpinisme classique, ressemblant davantage à du ski de randonnée dans les hautes montagnes isolées qu’à du ski de randonnée dans la région très fréquentée de Chamonix Mont Blanc.

Heureusement, nous avons très bien chronométré la descente, car nous avions besoin de conditions similaires à celles du printemps plutôt que de conditions froides de neige poudreuse en hiver. Nous voulions skier la partie supérieure peu de temps après que le soleil soit arrivé, nous avons donc attendu un peu au sommet que la neige ramollisse. Dans la descente, la neige était juste à la bonne température pour garder un avantage sur les traversées sommaires, mais elle était également suffisamment indulgente pour que le ski soit amusant et ludique.

Les couloirs inférieurs sont arrivés au soleil plus tard, ce qui était parfait car ils se sont adoucis dès notre arrivée. Nous n’aurions pas voulu les skier plus tôt. La journée a été longue car nous n’avons terminé qu’à 17 heures sur le parking, ce qui fait une journée de 14 heures au total. Mais avec la navigation de la ligne, essayer de se repérer « à vue » depuis le sommet, avec également des transitions multiples (skis sur le sac à dos puis skis remis sur ski, crampons pour monter ou faire de courtes traversées là où c’était’ pas possible de skier, etc.) le timing a bien fonctionné car nous n’étions pas trop rapides, ce qui signifiait que nous pouvions skier toutes les sections dans la neige plus molle, et rien n’était trop glacé ou trop compacté. Je suis fier d’avoir ouvert cette nouvelle descente à ski au-dessus de Chamonix et nous avons baptisé la ligne Stratonspherique.

par Fay Manners

Voir cette publication sur Instagram

Un post partagé par Fay Manners (@faymanners)

Aiguille d’Argentière, Arête Charlet Straton, Tom Lafaille, Fay Manners - Making the first ski descent of Stratonspherique on Aiguille d’Argentière (Tom Lafaille, Fay Manners 17/02/2024Aiguille d’Argentière, Arête Charlet Straton, Tom Lafaille, Fay Manners - Making the first ski descent of Stratonspherique on Aiguille d’Argentière (Tom Lafaille, Fay Manners 17/02/2024Aiguille d’Argentière, Arête Charlet Straton, Tom Lafaille, Fay Manners - Making the first ski descent of Stratonspherique on Aiguille d’Argentière (Tom Lafaille, Fay Manners 17/02/2024)Aiguille d’Argentière, Arête Charlet Straton, Tom Lafaille, Fay Manners - Making the first ski descent of Stratonspherique on Aiguille d’Argentière (Tom Lafaille, Fay Manners 17/02/2024)Aiguille d’Argentière, Arête Charlet Straton, Tom Lafaille, Fay Manners - Making the first ski descent of Stratonspherique on Aiguille d’Argentière (Tom Lafaille, Fay Manners 17/02/2024)Aiguille d’Argentière, Arête Charlet Straton, Tom Lafaille, Fay Manners - Making the first ski descent of Stratonspherique on Aiguille d’Argentière (Tom Lafaille, Fay Manners 17/02/2024)Aiguille d’Argentière, Arête Charlet Straton, Tom Lafaille, Fay Manners - Making the first ski descent of Stratonspherique on Aiguille d’Argentière (Tom Lafaille, Fay Manners 17/02/2024)Aiguille d’Argentière, Arête Charlet Straton, Tom Lafaille, Fay Manners - Making the first ski descent of Stratonspherique on Aiguille d’Argentière (Tom Lafaille, Fay Manners 17/02/2024)Aiguille d’Argentière, Arête Charlet Straton, Tom Lafaille, Fay Manners - Making the first ski descent of Stratonspherique on Aiguille d’Argentière (Tom Lafaille, Fay Manners 17/02/2024)Aiguille d’Argentière, Arête Charlet Straton, Tom Lafaille, Fay Manners - Making the first ski descent of Stratonspherique on Aiguille d’Argentière (Tom Lafaille, Fay Manners 17/02/2024)Aiguille d’Argentière, Arête Charlet Straton, Tom Lafaille, Fay Manners - Making the first ski descent of Stratonspherique on Aiguille d’Argentière (Tom Lafaille, Fay Manners 17/02/2024)Aiguille d’Argentière, Arête Charlet Straton, Tom Lafaille, Fay Manners - Making the first ski descent of Stratonspherique on Aiguille d’Argentière (Tom Lafaille, Fay Manners 17/02/2024)Aiguille d’Argentière, Arête Charlet Straton, Tom Lafaille, Fay Manners - Making the first ski descent of Stratonspherique on Aiguille d’Argentière (Tom Lafaille, Fay Manners 17/02/2024)Aiguille d’Argentière, Arête Charlet Straton, Tom Lafaille, Fay Manners - Making the first ski descent of Stratonspherique on Aiguille d’Argentière (Tom Lafaille, Fay Manners 17/02/2024)Aiguille d’Argentière, Arête Charlet Straton, Tom Lafaille, Fay Manners - Making the first ski descent of Stratonspherique on Aiguille d’Argentière (Tom Lafaille, Fay Manners 17/02/2024)Aiguille d’Argentière, Arête Charlet Straton, Tom Lafaille, Fay Manners - Making the first ski descent of Stratonspherique on Aiguille d’Argentière (Tom Lafaille, Fay Manners 17/02/2024)Aiguille d’Argentière, Arête Charlet Straton, Tom Lafaille, Fay Manners - Making the first ski descent of Stratonspherique on Aiguille d’Argentière (Tom Lafaille, Fay Manners 17/02/2024)Aiguille d’Argentière, Arête Charlet Straton, Tom Lafaille, Fay Manners - Making the first ski descent of Stratonspherique on Aiguille d’Argentière (Tom Lafaille, Fay Manners 17/02/2024)

Laisser un commentaire

treize + cinq =