Infographie : où va Serre Chevalier ?

Serre Chevalier en hiver.

SCV-Domaine skiable, une filiale de la Compagnie des Alpes, annonce des initiatives structurantes autour des investissements, des chantiers d’avenir et des innovations de ce domaine skiable qui attire près de 10.000 skieurs quotidiens – et 24.000 durant les vacances de février/mars 2018.

Sur les 150 millions d’euros du plan d’investissement, 40%, soit 60 millions d’euros, (27% du chiffre d’affaires annuel de SCV-Domaine skiable), seront investis d’ici 2022.

Le plan d’investissement se concentre sur les remontées mécaniques, le damage, la neige de culture, la création de zones ludiques et d’espaces débutants d’altitude. Mais aussi sur le développement d’activités d’été.

De quoi répondre à deux objectifs : améliorer le parcours client et développer la circulation transversale « Briançon – Monêtier». Voici une infographie pour mieux comprendre.


Améliorations des remontées mécaniques

Dans le détail, 5 chantiers autour des remontées mécaniques ont été décidés.

Le 18 janvier prochain, le nouveau télésiège de Côte Chevalier sera inauguré et ouvert au public. L’investissement a été de 10 millions d’euros. Ce nouvel équipement remplace le télésiège fixe du même nom. De quoi augmenter le débit et réduire le temps de transfert entre les secteurs de Villeneuve (Fréjus) et le secteur de Chantemerle (3000 pers/h à terme contre 1800 pers/h à ce jour). Par ailleurs, l’installation de ce nouvel équipement a permis de diminuer significativement le nombre de pylônes (39 démontés, 22 réimplantés) et a donné lieu à des mesures conservatoires pour réduire les impacts sur le milieu naturel (inventaires d’espèces, préservation des zones humides, revégétalisation).

Le programma de rénovation des remontées mécaniques s’attaquera ensuite dès la saison 2019-2020 aux télésièges Eychauda et Cibouit, qui seront suivis par le remplacement des télécabines Fréjus et Pontillas.

Dématérialisation des forfaits

Initiée depuis la saison dernière sous forme de tests retreints, la dématérialisation du forfait franchit un nouveau cap pour la saison qui s’ouvre. Réalisé avec le soutien d’Ixxi (une filiale de la RATP), cette innovation passe en « mode action de terrain » depuis quelques jours, en entamant sa phase de pré-industrialisation pour une montée progressive dans les semaines à venir.

Concrètement, les quelques 2.500 possesseurs de « forfaits de ski saison » vont voir migrer leur titre physique vers leur smartphone et bénéficier d’un service d’accès prioritaire aux sept appareils de remontées mécaniques équipés de bornes de lecture. Grâce à une application mobile et à la technologie Bluetooth, nul besoin de sortir son téléphone portable, il suffit d’être en approche du portillon de contrôle pour que celui-ci s’ouvre.

Prochaine étape, pour la saison 2019-2020 au cours de laquelle cette innovation sera accompagnée d’une nouvelle organisation des offres.

Première station de ski à produire sa propre électricité grâce aux 3 EnR…

A l’étude depuis 2016 et annoncée fin septembre 2018, cette « première d’ampleur » dans l’univers du ski doit permettre au domaine skiable de Serre Chevalier de produire 30% de son électricité uniquement grâce aux trois énergies renouvelables et en utilisant majoritairement les équipements existants de la station.

En quelques mois, plusieurs installations ont déjà vu le jour. Les 1420 panneaux photovoltaïques (2.370m²) sont en cours d’installation sur les bâtiments et gares de télésièges. Les deux pilotes de micro-éoliennes sont érigés et leur mise en fonctionnement est prévue pour janvier 2019.

Par ailleurs, pas moins de cinq sites correspondant aux exigences venteuses ont été identifiées pour déployer plus largement ce principe d’énergie sur le domaine. Côté hydroélectricité, l’ensemble des études techniques préalables sont terminées et permettent désormais de disposer d’une visibilité complète du réseau dont le déploiement débutera dès que l’ensemble des autorisations auront été obtenues.

Enfin, SCV-Domaine skiable ajoute un nouveau pan à l’ensemble de sa réflexion autour des énergies en travaillant sur un projet d’utilisation des retenues collinaires comme moyens de stockage de son surplus de production électrique et éventuellement à terme, pour des projets environnants menés par d’autres acteurs de la Vallée.

Pour aller plus loin sur ce sujet

ad NCV

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.