Interview Natural Games : Jérôme Meyer

A l’approche des Natural games fin juin, rencontre avec Jérôme Meyer, parrain du Gravity Trip (escalade).


– NG : Salut Jérôme, peux tu nous parler de tes différentes activités depuis ton arrêt des compétitions internationales ?


– Jérôme : Oui, pour résumer, mes activités se répartissent aujourd’hui entre, d’un coté des collaborations d’ordre professionnelles avec des organisations (dont une grosse partie avec la Fédération internationale d’escalade) sur des missions type management de projet, organisation etc…
Et de l’autre côté, une activité grimpante qui s’est quasi complètement re-orientée vers le rocher, les trips et quelques événements « festifs » du genre des Natural Games.


Depuis un an, j’ai opéré une vraie transition par rapport à ma vie de grimpeur-compétiteur, je ne regrette en rien ce changement, pour deux raisons : la première est que j’avais fait ce que je voulais faire en compétition et la seconde est qu’aujourd’hui j’ai tout autant de challenges qu’avant mais sur des sujets différents.




– NG : Comment s’organise ta passion pour l’escalade aujourd’hui ?


– Jérôme : Je dois reconnaître que depuis cet automne, j’ai fait une bonne pause, en ne grimpant que très peu. L’hiver Savoyard aidant, je suis aller skier, j’ai bossé pour structurer ma situation professionnelle. Je n’avais plus d’envies sur le plastique (les murs artificiels), et comme nos cailloux sont sous la neige et bien j’ai fait autre chose.
Depuis quelques semaines, je m’y suis remis d’une manière qui va sûrement perdurer un peu.
Je grimpe par objectifs. Quand je n’ai « rien sur le feu » j’ai tendance à ne pas faire grand chose et me concentrer plus sur le boulot, par contre dès que s’annonce un événement, un trip, une nouvelle voie, alors je grimpe plus régulièrement quitte à faire de grosses semaines.
C’est plutôt plaisant car je ne n’ai pas besoin de me maintenir entre ces coups d’accélération, à la différence de l’époque des compétitions, je grimpe vraiment par envie.


– NG : Quels sont les jeunes grimpeurs et les compétiteurs qui t’impressionnent le plus ?


– Jérôme : Le problème c’est que je n’ai pas beaucoup suivi les affaires de l’escalade ces derniers temps, par contre récemment j’ai pu mesurer la maturité grimpante de certains jeunes. Ils sont vraiment en avance par rapport à notre génération, ils ont des styles très personnels avec du caractère et c’est beau à voir grimper.
Si tu veux des noms, il y a Johanna Ernst, qui (et c’est rare pour une fille) à une vraie capacité à associer puissance et technicité.
Dans la catégorie des jeunes qui n’ont peur de rien j’ai regardé avec beaucoup de plaisir Francois Kaiser et Didier Hoarau  aux derniers France de bloc, même si la route sera sûrement longue pour eux, on a des jeunes qui ont du potentiel.



– NG : Peux-tu nous parler de tes projets (escalade, voyages, boulot…) à moyen terme ?


– Jérôme : Ouf !! j’ai trop de trucs, et c’est déjà une bonne nouvelle.
L’idée est de finir la structuration de mon boulot, de définir deux ou trois projets à long terme sur lesquels je peux m’engager pendant 3, 4, 5 ans (voire plus). Ce doit être des projets avec un sens derrière.
Celui que j’ai établi avec l’IFSC, par exemple, en a un. Ca ne sera pas facile mais on arrivera peut être à faire de belles choses.
Au niveau de ma pratique Escalade, ça sera comme ça l’est en ce moment: un projet, des potes et en avant !! Bloc, grande voie, ouverture, ça je sais pas encore…


– NG : Quelles ont été tes motivations pour répondre à l’invitation des organisateurs des Natural Games et du Gravity Trip ?


– Jérôme : Simplement parce que j’ai une relation particulière avec Millau, (j’y ai gagné ma première grande compétition), que j’adore le coin et que quand même un événement comme celui ci, ça a de l’allure !!


– NG : Comment imagines-tu l’édition 2010 ?


– Jérôme : Plus haut, plus vite, plus fort…..plus tout court !!


– NG : Et enfin, si les organisateurs te proposaient de tester un autre sport outdoor pendant l’événement, lequel choisirais tu ?


– Jérôme : Dur de choisir, dans mes compétences, j’ai deux éléments qui me pousseraient d’une part vers l’air et le parapente (en plus j’ai un cousin dans les invités) mais d’autre part vers le VTT de descente.
Je crois que j’aurai une petite préférence pour le premier, mais ce qui est sur c’est que je suis prêt à tout essayer, le terrain naturel nous permet tant de jeux sympa qu’on ne va sûrement pas se priver !!!

Laisser un commentaire

15 − cinq =