La “lumineuse et drôle” Sonia Livanos nous a quitté

Le couple le plus sestogrado du monde !

Sonia Livanos est décédée nous apprend Philippe Poulet. Le GHM évoque “une femme lumineuse et drôle”. Des années 50 à 70, Sonia et Georges Livanos, dit “Le Grec”, ont grimpé tout ce que les calanques proposaient de voies. Dans ce massif, ils totalisent rien de moins que 500 premières et 1 660 parcours de voies.

D’autres aventures les amèneront plus loin : les Dolomites, le Verdon, la vallée de Chamonix ou bien l’Oisans.

Au palmarès de course de Sonia on peut noter la face Nord-Ouest de la Torre di Lago en 1956, la face Ouest de la Torre Venezia à la Civetta l’année d’après, la face Nord de la Cima Gasperi en 1963, et la face Sud de la Cima dell’ Elefante en 1968 mentionne le site du GHM. En 1971, elle avait répété la fameuse voie Livanos à la Cima Su Alto, 20 après son ouverture.

Le Pelmo d’Oro en 2002

Sonia Livanos avait reçu en 2002 le « Pelmo d’Oro », cet oscar prestigieux des alpinistes italiens pour sa carrière d’alpiniste au même titre que Georges mentionne le site du GHM.

A noter que le couple ne fut jamais à catégorisée dans les professionnels de la grimpe (la professionnalisation de cette activité, à l’exception du métier de guide, arriva dans les années 80). Ce qui rend en un sens leurs exploits plus impressionnants encore puisqu’ils ne pouvaient consacrer que leur temps de vacances à leur activité favorite.

“Mieux vaut un piton de plus qu’un homme de moins” disait Georges Livanos, une citation passée à la postérité depuis. Le couple était membre du GHM depuis 1947. Le Grec arrêta son activité de grimpe en 1978, à 55 ans. Il avait commencé l’escalade vers l’âge de 15 ans.

Sonia Livanos, la moitié du «couple le plus sestogrado»

A noter qu’un site entier (et très bien fait), est consacré à l’œuvre et la vie de ce couple extraordinaire.

“La moitié du «couple le plus sestogrado» est Sonia, redoutable grimpeuse, que Livanos, 74 ans mais toujours poseur, regarde avec l’œil humide dans un bar de Chamonix” rapportait Libération dans un article de 1998. Georges Livanos est décédé en 2004.

A lire pour aller plus loin

Au-delà de la verticale, de Georges Livanos, éditions Guérin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.