Le Népal prépare de nouvelles règles pour gravir ses 8000

Le gouvernement népalais envisage de demander une expérience sur des sommets de plus de 7000m pour tenter un 8000 et d’interdire les ascensions en solitaire aux plus de 75 ans.

Le Ministère du tourisme du Gouvernement du Nepal, prépare un projet de ‘Réglement des expéditions de Montagne’ pour sa Loi sur le tourisme, qui comporte diverses nouveauté importante selon le journal local ‘The Himalayan Times’
L’objectif de ce nouveau réglement est de rationnaliser les ascensions sur les 8000, en limitant la massification et en augmentant la sécurité.

Pas encore approuvée, cette nouvelle réglementation concernera, si elle vient à être votée et appliquée, a l’ Everest (8.848 m), Kangchenjunga(8.586 m), Lhotse (8.516 m), Makalu (8.485 m), Cho Oyu (8.188 m), Dhaulagiri (8.167 m), Manaslu (8.163 m) y Annapurna (8.091 m).

Démontrer une expérience a plus de 7000m

Avant de solliciter un permis pour gravir un 8000, il faudra démontrer une expérience antérieure sur un sommet de plus de 7000m.
Le manque d’expérience des prétendants aux géants de la planète, est l’une des critiques principales faîtes aux expéditions commerciales, principalement sur l’Everest.
Les alpinistes népalais pourraient déroger à la règle en faisant une formation basique d’alpinisme de 30 jours.

Pas plus de 75 ans

Alors que l’âge minimum requis pour gravir les 8000m népalais reste à 16 ans (sauf dérogation… ) le maximum sera lui fixé à 75 ans. Un coup dur pour Carlos Soria qui a fait cette année l’Annapurna a 77 ans et qui doit encore gravir le Shisha Pangma (Tibet) et le Dhaulagiri (Népal) pour boucler les 14x8000m de la planète.
Les népalais Min Bahadur Sherchan et le japonais Yuichiro Miura, les deux octogénaires, ont déjà annoncé vouloir tenter l’Everest.

Véto aux ascensions en solitaire

Une décision surprenante est celle de mettre un véto aux ascension en solitaire. Il est prévu que tout alpiniste devra être au minimum accompagné par un guide népalais pour l’Everest et pour les autres 8000m il faudra un sherpa pour 2 alpinistes.

Hélicoptères

Le transport d’alpinistes aux camps d’altitude sera interdit, mais il sera possible d’y emmener du matériel et d’y effectuer des opérations de secours et d’évacuation.

Officier de liaison

Contrainte très polémique, les officiers de liaison seront maintenus mais ne pourront être des femmes enceintes, ou des personnes souffrant de maladies graves ou chroniques comme Cancer, Diabète, Hypertension, Dépression, Infection respiratoires.
Ca ne changera pas la donne si certain ne vont pas au camp de base ou ne font pas le travail…

Les certificats de sommet

Une nouvelle polémique la semaine dernière a secoué la communauté sherpa quand plus de 300 sherpas ayant atteint le sommet d’une montagne de plus de 6500m au printemps dernier se sont vu refuser le droit au certificat de sommet, le gouvernement expliquant que ces certificats ne sont que pour les membres des expéditions qui payent un permis (les népalais en sont exemptés). Jusque là, les sherpas avaient toujours pu obtenir ces certificats, permettant de démontrer leur expérience aux agences et aux clients. La nouvelle réglementation devrait permettre à tous d’obtenir ces certificats en cas de réussite.

Source : Desnivel