Ours, loups, lynx : Signature par les parties prenantes de l’accord pour participer à la plate-forme européenne sur la coexistence entre les populations et les grands carnivores

Comme convenu, au cours d’une cérémonie convenue le 10 juin 2014, a été signé un accord convenu par des organismes convenus auto déclarés représentatifs des parties prenantes acceptant le dialogue dans le cadre convenu de de la coexistence entre les populations et les grands carnivores. Dans un tel cadre, parfaitement canalisé comme dans les meilleures dictatures, aucune place pour la fantaisie et encore moins pour les idées divergentes.

L’ours brun, le loup, le glouton et le lynx d’Europe sont autant d’espèces que l’on peut désormais rencontrer (au moins une d’entre elles) dans 21 États membres de l’Union. Après une longue période pendant laquelle le nombre d’individus appartenant à ces espèces a diminué, on assiste à une recrudescence de ces populations animales; or leur coexistence avec l’homme peut poser problème. Afin d’apporter des solutions aux problèmes sociaux et économiques sur lesquels débouche parfois cette nouvelle progression des grands carnivores, la Commission européenne a lancé une plateforme réunissant agriculteurs, défenseurs de l’environnement, chasseurs et scientifiques afin qu’ils puissent échanger des idées et des bonnes pratiques sur la manière de partager un même territoire avec les grands carnivores.

La plateforme de l’Union sur la coexistence entre l’homme et les grands carnivores encouragera un dialogue constructif entre les principales organisations de parties prenantes au niveau européen. Au moment de lancer cette plateforme, le commissaire européen chargé de l’environnement, M. Janez Poto?nik, a déclaré:

«Nous devons traiter nos voisins naturels avec respect — mais nous devons également tenir compte des préoccupations de ceux dont les vies sont réellement affectées par leur proximité immédiate. Je tiens à féliciter les organisations qui ont travaillé ensemble pour mettre en place cette plateforme importante, qui constitue une avancée majeure sur la voie d’une coexistence pacifique».

L’Union européenne abrite cinq espèces de grands carnivores. Du fait de l’activité humaine, toutes ont enregistré des baisses spectaculaires en termes de nombres d’individus et de répartition sur le territoire, mais leur protection accrue et la sensibilisation du public au rôle fondamental qui est le leur dans le maintien d’écosystèmes en bonne santé ont entraîné une stabilisation ou une augmentation de leur population, ainsi qu’un retour dans des régions où elles avaient disparu depuis des décennies, voire des siècles.

Dans le cadre de ces discussions, la commission européenne envisage, dans ses mesures clés, l’introduction de plusieurs ours dans les Pyrénées depuis l’Espagne….

En savoir plus……

Louis Dollo

ad NCV

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/6f7a26ffab24db51e03c89870151ed91/kairn/wp-content/themes/Newspaper_kairn/includes/wp_booster/td_block.php on line 353

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.