Projet de loi visant à protéger les élevages dans nos montagnes et territoires ruraux des attaques de loups

L’excès de protection, pas toujours justifié, les incohérences d’informations ou les absences pures et simples, les prétentions abusives de certaines associations environnementales plus soucieuses de leurs subventions et objectifs idéologiques que de la protection de la nature, poussent les parlementaires à légiférer en faveur de l’élevage de montagne mis à mal par une poignée d’individus qui s’imaginent qu’il s’agit d’un espace sauvage où l’homme y est un intrus.
C’est ainsi que le 10 octobre, pas moins de 10 députés de toutes tendances et de tous massifs, viennent de déposer un projet de loi visant à protéger les élevages dans nos montagnes et territoires ruraux des attaques de loups.
….
Plutôt que de ne faire référence qu’au seul loup, il aurait pu aborder la problématique de TOUS les grands prédateurs concernés : ours, loup et lynx. A terme, leur prolifération du fait d’une protection excessive, deviendra un véritable fléau, comme jadis, sur toute la France et autres pays.
….
Il n’est fait aucune référence à la législation déjà existante et nullement appliquée notamment l’article L 113-1 du Code Rural q qui stipule que : ‘Par leur contribution à la production, à l’emploi, à l’entretien des sols, à la protection des paysages, à la gestion et au développement de la biodiversité, l’agriculture, le pastoralisme et la forêt de montagne sont reconnus d’intérêt général comme activités de base de la vie montagnarde et comme gestionnaires centraux de l’espace montagnard’ et sont alinéa 8 qui stipule que l’état s’attache à ‘Assurer la pérennité des exploitations agricoles et le maintien du pastoralisme, en particulier en protégeant les troupeaux des attaques du loup et de l’ours dans les territoires exposés à ce risque’. Nou pourrions également citer l’absence de référence aux articles L427-8 et L427-9 du Co de de l’Environnement. Ou encore de la responsabilité des maires en matière d’ordre publique face aux ‘bêtes sauvages’. …

….
Voilà résumé bien des aspects du problème des grands prédateurs, loups, ours et lynx, qui ne sont pas abordés dans ce projet de loi et qui mériteraient d’être pris en compte en retenant des motifs plus sérieux et mieux analysés. Ce n’est pas en faisant des propositions à l’emporte-pièce que l’on crédibilise une action. Néanmoins, il y a peut-être ici une base de travail intéressante à développer.

En savoir plus….

Laisser un commentaire

20 − sept =