Risques d’avalanches en montagne sur toutes les Pyrénées

A l’exception du massif du Canigou, il existe un risque fort (niveau 4) au-dessus de 2000 m et marqué (niveau 3) en dessous de 2000 m


Notamment pour les Pyrénées ouest (Pyrénées-Atlantiques et Hautes-Pyrénées), «?le vent d’ouest a beaucoup soufflé en montagne aujourd’hui au-dessus de 2000m d’altitude transportant la neige fraîche et récente, en formant des plaques et grosses accumulations surtout dans une large exposition est. Ces plaques reposent sur un manteau humidifié et tassé jusqu’à 2300m environ, mais une strate de neige fraîche située entre ces 2 couches peut servir de plan de glissement. De nouvelles chutes neigeuses se sont produites ces dernières 24h apportant une dizaine de cm supplémentaires. Au-dessus de 2000m, de grosses accumulations sont en place dans les endroits abrités et le vent fort a formé de nouvelles plaques. Le risque de déclenchement d’avalanche au passage d’un skieur est fort dans la plupart des pentes en limitant le risque dans les expositions ouest qui semblent érodées ou pelées par le vent. Le risque d’avalanche spontanée n’est pas exclu surtout par la rupture de corniches. En dessous de 2000m, les accumulations de neige récente susceptibles de glisser dans les pentes raides représentent la quantité tombée depuis dimanche, soit environ 50cm, localement jusqu’à 80cm. Des avalanches spontanées peuvent se produire, certaines de taille moyenne, mais le risque réside principalement au passage d’un skieur. Des plaques friables se sont formées surtout en exposition est et sont sensibles à de faibles surcharges?».


Qualité de la neige


Selon les Préfectures et Météo France?: «?L’enneigement est exceptionnel à basse et moyenne montagne avec des hauteurs bien supérieures aux valeurs de saison, de l’ordre de 1m80 à 1800 m et 60 cm à 1200 m. Il est bon en altitude sans atteindre des valeurs records. La limite d’enneigement continue débute à 800 m, mais l’enneigement skiable se situe vers 1000m avec une sous couche. La neige récente est ventée surtout en altitude ; on trouve de grosses accumulations dans les zones abritées ou en forêt?».


Le qualificatif d’exceptionnel est souvent employé avec une référence à l’année 1990. Grave erreur?! Il s’agit d’un enneigement normal des années 1970. Pour exemple, il était courant, pour ne pas dire permanent, d’arriver à ski jusque dans le village de Barèges, point de départ d’un téléphérique vers la Laquette, d’un télésiège vers le Lienz et du funiculaire de l’Ayré. De même, à Gavarnie, le télésiège, unique accès aux Especières, partait du Parking de La Holle, d’ailleurs créé à cette occasion. Même chose à Piau-Engaly, qui n’a pas abandonné son ancienne et unique remontée mécanique de ses débuts, permettant ainsi, encore aujourd’hui, ?de descendre bien en dessous de la station actuelle lorsque l’enneigement est favorable.


Au lieu de parler d’exceptionnel, il serait plus raisonnable, afin d’analyser les risques potentiels avec des références antérieures, de parler d’un retour, au moins ponctuel, à une certaine normalité des précipitations neigeuses.



?


?

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.