Seb Berthe réalise la 3ème ascension du Bon Voyage (E12) à Annot en France

Sébastien Berthe a répété « Bon Voyage », l'E12 à Annot en France établie par James Pearson en février 2023. L'itinéraire a été répété pour la première fois par Adam Ondra en février 2023, et celle de Berthe en est désormais la troisième ascension. Le grimpeur belge, qui a flashé en 2023 le adjacent « Le Voyage » (8b+/E10), donne les détails.

Bon voyage est cette voie incroyable gravie pour la première fois par James Pearson début 2023, puis répétée pour la première fois par le GOAT Adam Ondra il y a un mois, en février 2024. Après de longs mois de réflexion, James a proposé la note 9a, E12, qui en fait l'une des la route commerciale la plus difficile, sinon la plus difficile, au monde.

La montée démarre dans la fameuse ligne 8b+ trad-crack Le voyage (ou Les voillage faurmes la jenaice) puis quitte la fissure et traverse à gauche dans un mur vierge et impressionnant. L’idée selon laquelle une voie d’escalade libre sur ce mur pourrait être grimpée avec du matériel s’apparente à un tour de magie. Un grand bravo au magicien James pour avoir eu la vision et la persévérance nécessaires pour voir clair Bon Voyage jusqu'à la fin!

En quittant le Le Voyage, il y a encore quelques mouvements « modérés », de grands mouvements sur de bonnes prises et de mauvaises prises. Sur le dernier repos, il faut placer la dernière pièce d'équipement, une petite Totemcam bleue, qui peut être assez délicate à placer dans une poche en grimpant. C'est à partir de là que commence la partie difficile : 12 mouvements très intenses et complexes, durs pour les doigts, pour finir sur une arête étonnante tout à gauche.

La section elle-même pourrait probablement être notée 8c ou 8c+, et elle est assez épuisée. Cependant, comme l'a dit Adam, c'est « probablement sûr » avec un bon assurage. Il existe néanmoins, quelques mètres en contrebas de l'arête finale, un pic rocheux, une « guillotine », qui est plutôt intimidant. Je crois qu'une mauvaise chute au mauvais moment, avec juste un peu trop de jeu dans le système, pourrait probablement entraîner une collision.

Le processus
J'ai passé plus ou moins 8 séances au total sur le parcours. J'ai d'abord essayé Bon Voyage en avril 2023 pendant une demi-heure après mon ascension éclair du Le Voyage. Je suis immédiatement tombé amoureux de ce parcours et j’ai décidé que ce serait l’un de mes principaux objectifs pour 2024.

C'est pourquoi je suis revenu à Annot fin février de cette année, quelques jours seulement après l'ascension fulgurante d'Adam Ondra, avec la ferme intention de m'attaquer à l'itinéraire ! Malgré des conditions météo très capricieuses j'ai réussi à faire 3 séances. Dès la première séance, je me suis poussé à grimper en tête de la voie pour m'habituer au placement du pro, aux chutes, etc. Ma progression sur le parcours a été assez rapide et dès la troisième séance j'envisageais de parcourir toute la partie difficile en une seule fois. Malheureusement, je me suis blessé au petit doigt lors du mouvement clé du parcours, un grand mouvement vers la gauche à partir d'une toute petite prise mono-doigt, un mouvement très agressif et particulier. En tentant de relier cette section, j'ai ressenti une vive douleur et une secousse dans la main et l'avant-bras… Diagnostic : une petite déchirure ou élongation des muscles lombricaux à l'intérieur de la main. Ce premier voyage s'est donc terminé brutalement, et c'est avec frustration et surtout avec une forte envie de revenir que j'ai quitté Annot !

Deux semaines plus tard, je suis de retour à Annot ! Mon doigt va un peu mieux, mais je ne suis pas encore complètement guéri. Je peux facilement grimper avec quatre doigts, mais je ressens une douleur dès que mon annulaire et mon petit doigt sont séparés. J'hésite à revenir si vite dans le processus, mais la tentation de revenir à Bon Voyage est trop fort : le parcours me hante, et la météo pour les jours à venir est parfaite. Une voix en moi me dit que je peux réessayer malgré la blessure mineure, que je pourrais changer de méthode dans le mouvement crucial, utiliser un autre doigt, et que ça devrait probablement aller pour les autres mouvements.

Je passe deux séances à essayer de retrouver de bonnes sensations, à recalibrer les mouvements, et à m'habituer à diriger le début. À ma grande surprise, j'arrive à enchaîner tout le tronçon difficile d'un seul coup, mais avec une grande crainte, car la chute potentielle est non seulement longue mais aussi potentiellement dangereuse, ce que j'ai du mal à estimer. Puis, après une journée de repos, je me sens prêt pour un va « A muerte » !

Ce jour-là, j'ai fait un superbe effort et je suis tombé au point crucial depuis le sol. Je me sens sur le point de l'envoyer. Malheureusement, en revenant au sol, je constate que je me suis gravement déchiré la peau à cause de la prise cruciale, cette maudite poche mono-doigt, lors de ma tentative, et j'ai une coupure profonde. Impossible de réessayer… Alors, je décide de prendre deux jours de repos et de tout faire pour cicatriser cette blessure au plus vite.

Le 19 mars 2024, je reviens au rocher après deux jours de repos. Ma motivation est à son maximum ; J'ai hâte de m'attaquer à l'ascension ! Ma peau est plus ou moins refermée, mais je sens qu'elle ne tiendra pas longtemps. Pendant l'échauffement, je teste le mouvement sur une corde statique, mais je n'ose pas trop forcer car je sens que la plaie pourrait s'ouvrir directement. Eh bien, à ce moment-là, je sais que je n'aurai peut-être qu'une seule chance. Je vais devoir tout donner !

Avant ma tentative, je décide de mettre de la colle forte sur ma peau pour protéger la blessure et éviter qu'elle ne se rouvre plus tard. Je ressens des papillons dans mon estomac ; Je suis stressé. Je sais que c'est possible, mais il va falloir être bon, se dépasser ! Ma préparation est minutieuse ; mon rack est mis en place sur mon harnais en détail. Je ne laisse rien au hasard et veille à ce que tout soit optimisé pour mon ascension.

Il y a beaucoup de monde sur la falaise (James Pearson vient d'arriver pour travailler sur un nouveau projet à proximité), et l'ambiance est fantastique. Mais alors que je pars, tout le monde arrête de grimper et se tait pour regarder ma course ; la tension est forte. Je donne les dernières instructions à mon assureur, James Taylor, un Anglais venu travailler sur Le Voyage, et c'est parti !

Je gravis facilement et rapidement les premiers mètres de la montée. Je me sens bien et fort. Après quelques minutes de montée, je suis déjà au dernier repos ; Je réalise le dernier placement d'engrenage sur lequel je travaille depuis longtemps pour l'exécuter du mieux possible. Quand je me lance dans la section, je suis déterminé et prêt à tout donner. Les acclamations deviennent de plus en plus fortes à mesure que je progresse dans la section difficile et engageante.

Je suis au point crucial maintenant ; Je place mon majeur dans cette fameuse poche et le tourne pour qu'il s'ajuste le mieux possible. Je sens tout de suite toute la colle se décoller, et la prise s'attaquer à ma chair, mais je n'ai pas le temps de m'y attarder ! Je lance mon corps vers la gauche et parviens à saisir la prise suivante du bout des doigts. Et c’est alors que commence la véritable bataille. Je sais exactement ce que je dois faire ; Je suis précis dans mes mouvements, mais je suis à l'agonie ; à chaque mouvement, je dois me battre. Mes amis ci-dessous me poussent littéralement avec leurs encouragements !

Là, je suis sur l'arête après une fameuse retraite lors du mouvement le plus « délicat » en termes d'engagement. Maintenant, je dois rester concentré, même si je sais que c'est gagné. Je fais les derniers mouvements en criant de joie ! Je l'ai fait! Le soulagement et le plaisir d'arriver au sommet de cette magnifique ligne m'envahissent.

La note
Comme James et Adam le pensaient, je crois que Bon Voyage est 9a, même si c'est une montée très spécifique et assez difficile à noter. Voici ce que j'ai pensé des sections et mis sur Dark Grader : 8a+ (itinéraire) – Repos moyen – 7A+ – Repos moyen – 7C+ – Pas de repos – 7A ⇒ 9a. N'ayant aucune expérience en E-grade, je ne peux pas dire grand chose sur ce sujet, mais j'ai trouvé que l'aspect engageant et dangereux était vraiment présent dans le processus.

Merci à tous ceux qui m'ont aidé et soutenu dans cette démarche : Soline, Jean-Elie, Mathieu (alias Michmich), James, Miguel, mes parents Rico et Coco, Magali et Gilles, Tonio Rhode, James Taylor, Franco Cookson, Jacopo Larcher , et tous les autres… Merci !

Un film sur l'ensemble du processus et de l'ascension est actuellement en préparation, restez connectés !

Seb Berthe

Laisser un commentaire

dix-huit − 11 =