Baie d’Hudson en canoë : Justin Barbour abandonne face au froid

Après 83 jours de canotage à travers le Labrador et le nord du Québec, Justin Barbour a mis fin à sa tentative d’atteindre la baie d’Hudson. L’instituteur de Terre Neuve et son chien Saku étaient partis de la North West River le 28 juillet. Ils ont parcouru 1.000 km des 1.700 km de l’expédition. Le principe de l’expédition : passer les rivières et les lacs en canoë, avec tout le portage que cela implique. Sans compter qu’il faut remonter de nombreux cours d’eau au débit rapide et violent.

La décision de Justin Barbour de retarder le départ de son voyage jusqu’à la fin juillet afin d’être témoin de mariage a finalement été fatale a son voyage. Vers la fin de son périple, des vents violents l’immobilisaient constamment. L’hiver arrivant, il a du se trainer dans la neige jusqu’aux genoux. Et les petits lacs qu’il parcourait commençaient déjà à geler.

“Les gens me disent que nous avons eu les pires vents depuis 20 ans et l’hiver le plus précoce en 25 ans” dit-il a Explorers Web. “La température descendait de -15°C à -25°C avec le refroidissement éolien. Nous avons eu des vents de 125 km/h, et j’ai été sous le vent pendant six jours d’affilée. Au cours des trois dernières semaines du voyage, les températures n’ont dépassé zéro que deux fois. Les tempêtes de neige et de grésil qui font rage toute la journée, et le fait de rester stationnaire pendant de longues périodes, est une des recettes de l’hypothermie.”

Justin Barbour attendant son évacuation.

Hypothermie à tous les étages

Après avoir pagayé trois à quatre heures à une température de -12°C, Justin Barbour a commencé à souffrir d’hypothermie. “J’étais comme un homme qui sortait du pub en trébuchant sans avoir la moindre sensation dans les jambes. Bien que je n’aie pas eu d’engelures, j’ai souffert de légères gelures.”

Justin Barbour pense que s’il était parvenu à la Grande rivière de la Baleine, il aurait pu réussir. “J’ai perdu 28 jours à cause des vents violents et j’avais pris ce facteur en compte pour 12 et 15 jours” dit-il. “J’étais à environ 200 km du lac Bienville et j’avais encore 50 km à faire pour traverser ce lac jusqu’au point de départ de la Grande rivière de la Baleine. Sans ces retards, j’aurais pu me rendre soit à la Grande rivière de la Baleine, soit à la rivière Coates. Si la rivière Coates a de plus de petits lacs qui auraient probablement été gelés, la Grande rivière de la Baleine est une grande rivière avec des courants profonds et rapides et elle ne gèlera probablement pas avant janvier” a-t-il expliqué.

Pendant les quatre premières semaines de son voyage, Justin Barbour a bien progressé, malgré la remontée délicate de la Red Wine River. “C’était très dangereux et certainement la partie la plus difficile du voyage” dit-il. “L’an dernier, j’ai fait quelques remontées de rivières à Terre-Neuve, mais je n’avais jamais vraiment fait de vrais voyages vers l’amont d’une rivière. La Red Wine River propose une remontée de 600 mètres de dénivelés sur 20 km.

“J’ai cassé une de mes pagaies”

“J’avais 27 jours pour me rendre au réservoir Smallwood et seulement deux jours de retard, principalement en raison de retards dans mon premier réapprovisionnement” a-t-il ajouté. “À mi-chemin de Smallwood, le vent a vraiment commencé à me dévorer. Une fois que le vent dépasse les 20 km/h, ce n’est pas du suicide, mais tu prends de gros risques.”

Finalement, c’est le gel des petits lacs du réseau du réservoir Caniapiscau qui a freiné sa progression. “J’ai essayé de couper à travers une zone de terre d’environ 50 km de large pour sortir de la Caniapiscau, parce que le vent me faisait mal. Mais quand je suis entré dans ces petits systèmes, il y avait 30 cm de neige. J’ai dû faire quelques centaines de mètres de portage jusqu’à un lac plus petit, qui était couvert d’un pouce de glace. J’ai dû briser 200m de glace avec ma pagaie, et j’ai cassé une de mes pagaies. Je n’avais pas de traîneau ou de raquettes dans les bagages. Les choses devenaient dangereuses avec le froid dans le canot, alors j’ai pris la décision de m’arrêter.”

Même de ce moment-là, Justin Barbour a dû attendre encore cinq jours à cause de la neige et du vent, par des températures négatives, qu’un hélicoptère puisse l’extraire.

Tout avait pourtant bien commencé.

Tout au long de son voyage, il a complété son approvisionnement alimentaire avec du gibier. “En plus de mes 3.200 calories par jour de provision, j’ai mangé pas mal de gibier”, dit-il. “C’était probablement 15 % de ma réserve totale de nourriture. J’ai quand même perdu 11 kilos, beaucoup plus que ce que j’avais prévu. Ce n’est qu’après environ sept semaines que mon poids a commencé diminué. C’était le froid : Tu brûles beaucoup plus d’énergie juste pour te réchauffer.”

“Je considère toujours que c’est un succès”

De retour chez lui, à Terre-Neuve, il se résigne lentement accepter le fait de ne pas avoir terminé son voyage. “Je considère toujours que c’est un succès. Le Labrador est probablement l’un des endroits les plus inhospitaliers et les plus désolés de la planète. Aller aussi loin que je l’ai fait, avec la remontée de la rivière, a été … plus difficile que je ne le pensais. C’est le but de ces voyages. Sortir sur le terrain, se tester, formuler un plan et l’exécuter” dit-il.

“Je n’aime pas laisser les choses inachevées” dit il aussi. “Je suis sûr que je reviendrai, à l’endroit où je l’ai laissé. J’ai laissé une petite marque à mon dernier camping”.

“Je veux oublier les regrets de mon esprit assez rapidement. Ça peut te dévorer.”

Pour aller plus loin sur ce sujet

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.