E-Track Fat : le VTT électrique pour pédaler sur neige

Rossignol-e-track-fat

La marque de ski alpin Rossignol, norvégienne depuis 2013, lance son E-Track Fat, un VTT VAE (on dit aussi VTTAE) fait pour les pentes enneigées.

C’est une discipline en passe de conquérir les montagnes en hiver. L’E-Track Fat propose des pneus de type Oversize (Kenda 26” x 4.0) avec une accroche particulièrement ferme destinée à dompter les terrains difficiles. Car en plus de la neige, ce vélo peut aussi évoluer dans le sable et la boue.

Côté moteur, on trouve une motorisation centrale Brose (spécialiste des véhicules électriques) de 250 W, avec une tension de 36 V et un couple de 90 Mn. On trouve également une batterie de 500 Wh.

Le prix ? 3.999€

Côté structure, ce VTT possède un cadre en aluminium de 36 pouces et une fourche à suspension Bluto RL RockShhox. La fourche est optimisée pour l’utilisation de pneus larges. De quoi offrir confort et stabilité. Le faisceau de transmission Shimano Deore à dix vitesses et un freinage, lui aussi Shimano (M396 avant/.arrière), complètent le tout.

Le prix ? 3.999€. A rapprocher des modèles KTM Macina Freeze 261 (3.799€) et Haibike XDuro FatSix 9.0 (3.999€).

A noter que bien qu’un VTTAE soit plus facile a utiliser grâce à son moteur électrique, il ne faut pas sous estimer la question de la technicité. Car si l’assistance permet d’abroger les barrières physiques, elle n’annihile en aucun cas la technique que requiert la pratique du VTT. Comme avec un VTT « classique », le pratiquant s’expose à un risque de chute ou à poursuivre sa progression à pied s’il s’engage sur un itinéraire non adapté à son niveau.

De plus, le poids du VTTAE, plus important qu’un VTT classique, peut constituer une difficulté supplémentaire au franchissement d’obstacles naturels en zones de portage/poussage. Reste qu’en descente, le poids de la batterie ne gêne pas à l’équilibre du vététiste, elle contribue même améliorer sa stabilité.

Quelle réglementation pour le VTTAE ?

La norme Européenne AFNOR NF EN 15194 de Janvier 2012 est précise : les cycles à assistance électrique doivent être dotés d’une puissance nominale continue maximale de 0,25 kW.

L’alimentation est réduite progressivement, et finalement interrompue lorsque le véhicule atteint une vitesse de 25 km/h, ou si le cycliste arrête de pédaler. Dès lors que ces valeurs sont dépassées, le véhicule est considéré comme un cyclo-moteur.

Pour aller plus loin sur ce sujet

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.