En Oisans, les guides travaillent (bénévolement) pour la communauté des alpinistes.

Depuis de nombreuses années, des ouvreurs œuvrent dans le massif des Ecrins. Entre les premiers gollots de Brun et Thévenon sur la Grande Ruine en 1964 et les toutes dernières voies de Jean-Michel Cambon, il y en a eu des éboulements et des retraits glaciaires qui ont martyrisé les Alpes. La montagne est un matériau vivant et il est bon de rappeler que les équipements à demeure ne sont pas éternels. Après des décennies d’ouverture, l’heure du rééquipement est venue.

Un travail de sécurisation au service de tous

Partant de ce constat, des guides bénévoles des compagnies de La Grave et de la Bérarde ont pris de leur temps pour concevoir puis installer des rééquipements. Philippe Buyle  (guide de haute montagne à Briançon) et d’autres bénévoles de l’Oisans, ont mobilisé leurs collègues, trouvé des financements, coordonné les travaux pour rendre la montagne de nouveau accessibles aux alpinistes de tous les niveaux. Aujourd’hui, à leur actif :

  • Le rééquipement des câbles et des rappels du col du clôt des cavales
  • L’ouverture d’une voie de 4 longueurs sous ce même col (topo disponible au refuge).
  • L’ajout de 2 longueurs à la voie Rébuffat au Pavé ce qui était devenu indispensable à cause du retrait glaciaire (topo disponible au refuge).
L’équipement permettant le passage entre le vallon du clôt des cavales et celui des Etançons est désormais aux normes

Travail en harmonie et consensus pour le bien commun

Au-delà du service rendu à la communauté des alpinistes, il est surtout intéressant de noter que ces travaux, plein cœur du parc national, ont été réalisés avec l’accord de toutes les parties prenantes : bureaux des guides, représentants du parc national, collectivités locales. Quand on connaît l’histoire des équipements des voies dans ce massif, on ne peut que saluer ce consensus.

Le retrait glaciaire n’est plus un problème dans la voie Rébuffat en face Sud du Pavé

Attachés à leurs montagnes et à leur histoire, les guides de Briançon, de La Grave, de La Bérarde ,des Ecrins et de l’Oisans continuent donc de se mobiliser pour que ne disparaissent pas les itinéraires mythiques menacés par le vieillissement des équipements et le réchauffement climatique. Un bon nombre de projets sont en cours dans ce secteur qui devraient voir le jour d’ici le printemps prochain.

Pour aller plus loin :

Refuges de montagne : et si vous y alliez en famille ?

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.