Népal : 10 choses à faire loin de la vallée du Khumbu

Là aussi, il s'agit de tourner les traditionnels moulins à prière.

Pour qui va au Népal difficile de résister à l’appel de cette vallée mythique, à son bout pour les plus courageux une vue magnifique sur le plus haut sommet du monde. Mais le Népal, c’est bien autre chose. Paris Match dans un long article dont, dirons nous, le style lui appartient, livre quelques conseils pour trouver son bonheur loin de Namche Bazar. En voici quelques éléments.

1. Visiter Bodnath et ses 50 monastères

Bodnath est dans un quartier relativement excentré de Katmandou. Bodnath ? Il s’agit de Bouddha. Bodnath ? Un gigantesque stupa au cœur de la ville. Le monument est situé dans le quartier des Tibétains en exil depuis les années 60. Mais le stupa a été érigé au 14ème siècle. Le tremblement de terre de 2015 a fait chuter le sommet de l’édifice seulement, et a vite été réparé.

Bodnath (Katmandou)

A noter que l’accès à l’hypercentre est payant l’après-midi (400 roupies, un peu moins de 3 euros), gratuite le matin.

Les piétons doivent respecter le sens de circulation autour de la stupa, dans le sens des aiguilles d’une montre. Le lieu abrite une cinquantaine de monastères, les gompa. Et la foule de locaux comme de touristes y est toujours très dense.

2. Se muscler sur les pentes du temple de Swayambunath

365 marches. La colline qui abrite ce temple, le plus ancien stupa de la région, est bordées de petits commerces ambulants et de singes chapardeurs. Les dégâts du tremblement de terre de 2015 sont ici bien plus considérables. Les murs se sont affaissés, et les réparations vont au rythme lent. Mais cela ne semble pas simple a réaliser ceci dit.

Temple de Swayambunath

Là aussi, il s’agit de tourner les traditionnels moulins à prière, en déambulant autour du stupa dans le sens des aiguilles d’une montre. Les yeux peints de Bouddha regardent la vallée depuis près de cinq siècles !

Temple de Swayambunath

Allez-y le matin, à la fraîche, c’est bien mieux.

3. Traverser les siècles à Bhaktapur

Partiellement dévastée par le séisme de 2015, Bhaktapur, fondée au XIIIe siècle par le roi Andala Malla, reste la capitale culturelle incontestable du Népal. Quelqu’un qui découvre ce site de brique rouge pour la première fois ne sera pas choqué outre mesure. Pour un visiteur qui revient après le tremblement de terre, ce sera certainement la dévastation. Et ce tant les dégâts sont importants.

Bhaktapur, fondée au XIIIe siècle par le roi Andala Malla

Reste que les temples encore debout sont enchanteurs. A midi, faites une halte sur la place Taurmadhi, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. Vous pourriez alors déjeunez face à ses majestueuses pagodes surtout au dernier étage d’un bâtiment qui propose un restaurant.

Talako, la place de la poterie, art millénaire qui assure la renommée de la municipalité.

Une visite de la place Durbar s’impose, c’est la principale de la ville. Franchissez La « Porte d’Or » qui jouxte le palais aux 55 fenêtres, jusqu’au temple hindou. Les rues commerçantes de Bhaktapur vous mèneront à Talako, la place de la poterie, art millénaire qui assure la renommée de la municipalité. L’argile y est façonnée puis séchée en plein air.

La partie la plus ancienne de Bhaktapur se situe à l’est et regorge de fenêtres sculptées sur bois, typiquement newari.

4. Pousser jusqu’à Patan (à 15 kilomètres de Bhaktapur)

Situé à l’est de Bhaktapur, cette ville est un des trois joyaux du patrimoine népalais. Son Durbar Square, son musée et le palais valent le détour.

A noter que les boutiques de souvenirs sont légion. Outre le travail du cuivre, réputé dans la ville, les poteries et les traditionnelles « thangka » tibétaines sont disponibles.

5. Assister aux rites funéraires de Pashupatinath

Le site se situe près d’une rivière, presque à la sortie de l’aéroport de Katmandou. Il se devine à la fumée perpétuelle qui se dégage du lieu. Les ghats de crémation bordent le Bagmati et les corps sont embrasés sous le regard de tous, et ce quelques heures seulement après la mort des individus.

Les cérémonies funéraires sont ininterrompues et c’est à la tombée de la nuit qu’elles sont les plus spectaculaires.

6. Passer par les ruelles de Bandipur

Etape obligatoire sur la route de Pokhara, cette ville Newar est à une journée de route de la capitale, entre 5 et 10 heures en fonction du trafic routier. Avantage ? le calme de Bandipur après la très dense Katmandou.

7. Explorer les Annapurnas depuis Pokhara

La route est longue et dangereuse jusqu’à Pokhara. C’est pour cette raison que si vos moyens vous le permettent, l’avion est un moyen de transport recommandé. Comptez 250€ depuis Katmandou. Le Tourist Information Center, aux abords de l’aéroport, permet de glaner quelques renseignements.

Une semaine de marche est nécessaire pour rejoindre l’Annapurna Base Camp, à 4070 mètres. Phewa Tal, l’un des huit lacs de la vallée, peut se découvrir en canoë pour compléter ce trek magnifique.

Un circuit de deux à trois semaines vous permettra un tour d’horizon des Annapurnas, parcourant rizières, bananeraies et bandes rocheuses. L’itinéraire est clairsemé de lodges, idéal pour se laisser choir dans un confortable matelas après une journée de marche.

8. Explorer Lumbini et le Terai, la zone de jungle du pays

C’est ici que Bouddha serait né, en 563 av. J.-C. Passer par Lumbini est un excellent prétexte pour découvrir le Terai, « bas pays au pied des montagnes ».

Considéré comme insalubre, le paludisme fait encore rage dans le Terai. Une moustiquaire et un répulsif sont donc obligatoire. De nombreuses réserves et parcs naturels sont visitables, à la découverte des singes et des tigres. Proscrivez les balades à dos d’éléphants, dressés selon des techniques particulièrement barbares assure Paris Match.

9. S’échapper de Katmandou : Panauti et Balthali

Panauti n’est qu’à une heure de Katmandou en voiture. Miraculé des répliques des séismes de 2015 et de 1934, le site est en cours de classement à l’UNESCO. Panauti concentre un nombre important de temples, patis, bihars, ghats et sculptures.

Namo Buddha se gagne par la route ou par le versant opposé (c’est, de loin, notre itinéraire favori). Une jolie randonnée, plus confidentielle, vous fera découvrir le charmant village de Sunthan où vous pourrez vous désaltérer à l’heure du thé.

10. Partir en pèlerinage à Namo Buddha

Namo Buddha se gagne par la route ou par le versant opposé (c’est, de loin, notre itinéraire favori). Une jolie randonnée, plus confidentielle, vous fera découvrir le charmant village de Sunthan où vous pourrez vous désaltérer à l’heure du thé.

Pour aller plus loin sur ce sujet

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.