Dhaulagiri : 9 morts provoqués par un mystérieux vent violent – MAJ

Gurja

Mise à jour 17/10/2018 : Il s’agit en définitive d’une avalanche qui a provoqué à basse altitude le décès de quatre sherpas népalais et cinq alpinistes coréens sur le mont Gurja (7 193 m) dans l’ouest du Népal en fin de semaine dernière. Une forte tempête de neige a précédé l’avalanche. Elle a enterré leur camp de base à 3.500 m d’altitude, où le groupe attendait que le temps s’améliore pour monter plus haut dans la montagne.

La liste des morts confirmés

Chhiring Bhote, Lakpa Sangbu Bhote, Natra Bahadur Chantel et Phurbu Bhote (Népalais). Lee Jaehun, Rim Il-jin, Yoo Youngjik, Jeong Joon-mo et Kim Chang-ho (Coréens).

Une expédition est en cours ce dimanche dans l’Himalaya sur la montagne népalaise du Gurja pour récupérer les corps de neuf alpinistes décédés lors d’une violente tempête de neige. Un hélicoptère a déposé quatre guides au camp lieu du drame. La tempête a dévasté leur camp. Et les a tué. De quoi interroger.

Un second hélicoptère est engagé dans l’opération. Mais celles ci sont compliquées par la présence constante de vents violents et l’isolement du lieu de l’accident. Le lieu du drame est situé dans la chaîne du Dhaulagiri dans la région de l’Annapurna, au centre du Népal.

Les membres de l’expédition décédés sont cinq Sud-Coréens et quatre Népalais. Leur bivouac a été balayé jeudi ou vendredi par des vents très puissants. Des vents suffisamment puissants pour les tuer et disséminer leurs dépouilles aux alentours sur un périmètre de 500 mètres.

“Le camp de base donne l’impression qu’une bombe a explosé”

Le pilote d’hélicoptère Siddartha Gurung, un des premiers à parvenir au camp de base après la tempête, a décrit à l’AFP une scène de chaos. Ce qui est très intriguant, c’est que le lieu du drame se trouve seulement a 3.500 mètres, soit à peu près à l’altitude de… Namche Bazar, la ville des Sherpas !

“Le camp de base donne l’impression qu’une bombe a explosé”, a déclaré à l’AFP Dan Richards, de Global Rescue, une organisation basée aux États-Unis qui aide aux efforts de recherche. “Nous ne comprenons pas à ce stade ce qu’il s’est passé. Il n’y a généralement pas des vents aussi extrêmes à cette altitude et les camps de base sont normalement établis dans des endroits sûrs”.

« Une expédition alpine de cinq Sud-Coréens et quatre étrangers a été emportée par des vents violents à leur camp de base lors de l’ascension du mont Gurja, ils sont tombés d’une falaise et sont décédés » mentionne un communiqué du ministère sud-coréen des Affaires étrangères.

Accident le plus grave depuis 2015

L’expédition était menée par un alpiniste chevronné. Le sud-coréen Kim Chang-ho avait été en 2013 le plus rapide à escalader les quatorze premiers sommets mondiaux sans l’aide d’équipement d’oxygène additionnel.

Les alpinistes sud-coréens et leurs guides népalais campaient depuis début octobre au pied du Gurja – un sommet culminant à 7.193 mètres. Ils attendaient qu’une fenêtre météo favorable leur permette de poursuivre l’ascension.

Ils avaient prévu d’escalader le Gurja par une voie inédite, selon la fédération alpine coréenne.

Un sixième Sud-Coréen, qui se trouvait dans un village de la vallée en contrebas, a survécu, a fait savoir la police.

Cet accident est le plus grave depuis l’avalanche provoquée par un tremblement de terre, qui avait emporté 18 personnes sur les pentes de l’Everest en 2015. L’année précédente, seize sherpas avaient également été tués sur l’Everest par une coulée de neige.

Le Gurja, un sommet rare

Rarement gravi, le mont Gurja est situé à côté du Dhaulagiri, le septième sommet mondial qui est fréquemment l’objet d’avalanches, dans le massif de l’Annapurna, à 200 km à l’ouest de Katmandou. Seuls une trentaine d’alpinistes ont vaincu le Gurja – contre plus de 8.000 pour l’Everest – dont la dernière ascension réussie remonte à 1996, selon l’Himalayan Database.

Les corps doivent être acheminés par hélicoptère jusqu’à Pokhara, puis vers Katmandou, la capitale népalaise.

Des milliers d’alpinistes visitent chaque année le Népal, qui abrite huit des quatorze plus hauts sommets du monde, contribuant ainsi de manière importante à l’industrie touristique de ce petit pays d’Asie du Sud privé de ressources naturelles.

Pour aller plus loin sur ce sujet

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.