Utilisation de l’oxygène : le pour et le contre

Mallory et Irvine.

Edmund Hillary et Tenzing Norgay en 1953 ont donné une lueur d’espoir à des milliers d’autres alpinistes qui rêvent d’atteindre le sommet de l’Everest un jour. Ils ont réussi à gravir l’Everest en dépassant et en surmontant toutes les difficultés et les complexités rencontrées en chemin.

Leur oxygène s’est révélé d’une grande aide sur la route vers le sommet. S’ils n’avaient pas porté ces bouteilles d’oxygène dans leur expédition, alors peut-être qu’ils n’auraient pas pu atteindre le sommet. Après leur succès, certains ont considéré que transporter de l’oxygène dans de telles expéditions était obligatoire pour réussir.

Mais cet état d’esprit a été contesté par deux alpinistes célèbres. Peter Habeler et Reinhold Messner ont atteint le même sommet sans recourir à de l’oxygène en bouteille. Et leur expédition réussie au mont Everest en 1978 s’est révélée être la plus difficile et la plus belle expédition à ce jour.

Vidéo : Première de l’Everest sans oxygène par Reinhold Messner

Crucial pour sa propre vie

Depuis que ces deux expéditions ont réussi, l’une avec des bouteilles d’oxygène et l’autre sans oxygène supplémentaire, la controverse de savoir s’il est nécessaire de grimper n’importe quelle montagne de haute altitude avec l’aide de l’oxygène en bouteille ou non vit sa vie.

Les conditions sur le chemin vers le sommet du mont Everest sont très hostiles. L’oxygène y est très peu présent et cela rend les conditions de survie de l’être humain extrêmement difficiles. À mesure que l’altitude augmente, le niveau d’oxygène diminue rapidement. Quand un alpiniste monte, il devient très difficile pour lui de respirer et les risques de décès augmentent énormément.

Il est donc essentiel que chaque alpiniste transporte de l’oxygène en bouteille dans son expédition vers les grandes hauteurs. Ce n’est pas seulement important pour le succès de l’expédition mais il est également crucial pour sa propre vie. Il est donc totalement correct de soutenir l’utilisation de l’oxygène en bouteille pour l’escalade du mont Everest et d’autres montagnes d’altitudes similaires. Aucune expédition ne devrait avoir plus d’importance que la vie de l’alpiniste.

La question de l’éthique

Il y a eu de nombreux cas concrets où des grimpeurs se sont retrouvés à l’article de la mort parce qu’ils essayaient d’escalader le mont Everest sans utiliser d’oxygène supplémentaire. Une personne qui n’a jamais soutenu son utilisation dans de telles circonstances était George Leigh Mallory. Membre des expéditions britanniques à l’Everest de 1921, 1922 et 1924, il a atteint avec succès de nombreux sommets sans l’utilisation d’oxygène en bouteille.

George Mallory a changé d’avis lors de sa deuxième tentative au sommet, lors de l’expédition de 1924, et a utilisé pour la première fois de l’oxygène en bouteille, croyant que cela pourrait l’aider à atteindre le sommet. Ceux qui sont encore contre l’utilisation de l’oxygène en bouteille pensent qu’un alpiniste devrait être en mesure d’atteindre la hauteur qu’il vise sans oxygène parce qu’il montre ainsi ses capacités et sa force. Beaucoup de gens, mais pas la majorité, considèrent que transporter de l’oxygène en bouteille n’est pas éthique.

L’alpinisme peut être pratiqué en gardant à l’esprit ces deux approches. L’une des deux donne une importance aux paramètres médicaux. La seconde donne toute son importance à l’éthique. Les paramètres médicaux imposeraient de transporter de l’oxygène en bouteille mais l’approche éthique est totalement contradictoire avec l’approche médicale. L’éthique de l’alpinisme stipule qu’il n’est pas correct d’utiliser de l’oxygène en bouteille lors de l’ascension de montagnes en altitude.

Pourquoi mettre votre vie en jeu ?

L’utilisation de l’oxygène en bouteille a suscité de nombreuses controverses au fil des ans et il n’y a toujours pas de position consensuelle. Pour des raisons humanitaires, il est judicieux de l’utiliser.

Il n’y a absolument rien de plus important que la vie. Alors pourquoi mettre votre vie en jeu ? C’est simple à dire : même si vous êtes passionnés par l’alpinisme et voulez atteindre le sommet de l’Everest, vous ne pouvez y arriver que si vous êtes en vie. Risquer votre vie et faire face à des conditions extrêmes si haut au-dessus du niveau de la mer peut s’avérer désastreux.

Donner de l’importance à l’éthique du monde de l’alpinisme est important. Mais il ne sera pas juste de risquer une vie pour atteindre un sommet quand il peut être atteint avec moins de risque pour sa vie. L’oxygène en bouteille peut être ou ne pas être une bonne chose pour les alpinistes. Mais pour survivre à une telle altitude, l’oxygène en bouteille est parfait.

Un débat qui sera toujours là

Le débat sur l’opportunité de l’utiliser ou non sera probablement toujours là. Et les différentes composantes du monde de l’alpinisme ont des perspectives différentes à ce sujet. Certains trouvent judicieux d’utiliser de l’oxygène en bouteille. D’autres trouvent cela sensé, mais contraire à l’éthique.

Ces deux finalités ne semblent jamais se rencontrer et cette différence de perspective et la définition de « Ethique » ne seront jamais parfaitement définies. Le moyen le plus pratique pour l’instant est de laisser les alpinistes et leurs groupes respectifs décider ce qui leur convient le mieux.

C’est à eux de choisir s’ils veulent utiliser l’oxygène en bouteille pour grimper ou non. Tous devraient respecter la décision prise par l’individu et ne pas manquer de respect ou rejeter l’approche utilisée pour atteindre le sommet.

C’est la méthode la plus appropriée qui peut être employée pour apaiser cette argumentation sans fin. Atteindre le sommet du mont Everest est une très grande réussite. Atteindre le sommet devrait être important parce que ce n’est pas quelque chose que tout le monde peut accomplir.

Pour aller plus loin

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.