Pyrénées : deux randonneurs chargés par une ourse (et ses petits)

C’est au cours d’une randonnée dans les Pyrénées jeudi dernier qu’un père et son fils ont rencontré une ourse et de ses deux oursons. Réaction prévisible, afin de défendre ses deux petits, l’ourse a chargé les promeneurs. Avant de stopper son mouvement à une trentaine de mètres des deux hommes.

C’est semble t-il la chienne qui accompagnait les randonneurs qui a donné l’alerte. « En une fraction de seconde, j’ai évalué la situation. On ne pouvait pas descendre la pente à pic, on ne pouvait pas grimper aux arbres non plus, avec nos sacs sur le dos. Et là, j’ai vu l’ours qui courait vers nous, avec deux petits derrière elle. Elle nous chargeait. Clairement. Je ne faisais vraiment pas le malin » raconte un des deux hommes à La Dépêche du Midi.

L’ourse s’est finalement arrêtée avant de leur tourner le dos et de faire demi-tour avec ses deux oursons.

Un petit selfie avant la rencontre

Il faut croire que les deux promeneurs ont adopté l’attitude idéale dans ce genre de situation : ils n’ont pas bougé, pas fait de mouvement brusque. Concrètement, s’ils avaient marché vers l’ourse, elle se serait sentie agressée et aurait probablement continué sa charge jusqu’au bout. Et elle aurait fait de même s’ils avaient précipitamment rebroussé chemin.

L’incident a eu lieu dans la commune de Melles, dans le département de Haute-Garonne. Pour la petite anecdote, père et fils avaient fait un selfie devant le Mémorial de l’ours juste une poignée de minutes avant de rencontrer les trois ours.

Le lieu de la rencontre est à proximité du village de Saint-Béat, où avait démarré en 1996 le programme de réintroduction de l’ours dans les Pyrénées.

Des attaques rarissimes

Le Ministre de l’Ecologie Nicolas Hulot a récemment annoncé que deux femelles ourses allaient être lâchées dans les montagnes du sud de la France pour pérenniser la population de grands plantigrades dans le pays.

Selon l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, ce genre de rencontre entre un ours et un humain reste exceptionnel. Entre 1996 et 2010, on n’a recensé que quatre attaques d’ours envers l’homme. Mais il s’agissait à chaque fois d’une mère qui voulait défendre ses petits.

84 % des Français soutiennent le maintien d’une population d’ours dans les Pyrénées affirme un récent sondage IFOP. Ce sondage à été commandé par 14 associations environnementales. Les auteurs notent que cela représente « une progression notable de + 8 % par rapport au sondage précédent de 2008.

Grosse polémique dans cette zone sur le sujet de l’ours

Mais depuis la fin des années 1990, la question de la réintroduction de l’ours créé de fortes tensions entre les éleveurs, les agents de l’état et les membres d’associations. En 2010, l’État français à décidé de rembourser les éleveurs à hauteur du prix d’achat les bêtes tuées. Cette indemnisation est régulièrement remise en cause. Et ce parce qu’elle est accusée de ne pas tenir compte des pertes indirectes, telles que le stress et les avortements.

La semaine dernière, trois éleveurs ariégeois sont ressortis libres de leur garde à vue de dix heures. Ces trois militants de l’association pour la sauvegarde du patrimoine d’Ariège Pyrénées (ASPAP) étaient entendus par les gendarmes de la brigade des recherches (BR) de Saint-Girons.

L’audition des trois hommes portait sur des coups de feu tirés en l’air sur l’estive de « Saleix » , sur la commune d’Auzat, en haute Ariège, alors que des agents de l’office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) procédaient à une expertise de brebis victimes de prédations.

Par ailleurs, les enquêteurs s’intéressent à une vidéo anti-ours diffusée sur le web dans laquelle des hommes armés et cagoulés appelaient à « rouvrir la chasse à l’ours ».

L’été 2017 avait été particulièrement meurtrier dans les estives du département de l’Ariège. 300 brebis victimes des ours avaient été recensées à cette période.

Pour aller plus loin sur ce sujet

Ariège – Pyrénées – 100% des estives de montagne protégées subissent les prédations de l’ours

 

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.