Vidéo / Snowboard : Victor de Le Rue revient dans les Alpes

Après avoir ridé aux quatre coins du monde, Victor de Le Rue revient dans ses montagnes les plus inspirantes, celle de Chamonix. Les Alpes, parfois imprévisibles, ont longtemps été le terrain de jeu des alpinistes, qui souhaiter tester leurs limites face aux conditions les plus rudes. C’est ainsi que Victor De Le Rue et Pierre Hourtiq, guide de montagne et ami de longue date, se sont défiés sur des pentes vertigineuses et verglacées de plus de 45°.

Le film qui relate cette aventure, Frozen Mind, met l’accent sur la dimension cruciale de l’amitié entre les deux athlètes qui dépendent intégralement l’un de l’autre lors de leurs ascensions et descente de spots aussi mythiques que dangereux, tels que le Pain de Sucre, Mallory, Frendo et le Nant Blanc.

Avalanches de descentes

Victor parle de sa fascination pour le massif de Chamonix : « Avoir un ‘Frozen Mind’ (ou un esprit figé) c’est lorsque qu’on est obsédé par une idée, un but – et de faire tout ce qui est possible pour l’atteindre. Ce voyage aura été une vraie obsession pour moi pendant un bout moment et le fait d’affronter les difficultés rencontrées sur le terrain avec Pierre l’aura rendu d’autant plus gratifiant. »

Les deux hommes se retrouvent régulièrement ensembles pour escalader les chemins les plus périlleux. Les montées techniques amènent les riders à explorer le terrain dans les formes les plus pures, à jouir de la descente autrement et à ressentir l’effet que procure les sports de montagne.

Digne rejeton

Élu rider français de l’année en 2012, 2013, 2014 et récemment nommé rider de l’année par Snowboarder Magazine, Victor De Le Rue a impressionné la communauté du snowboard avec ses vidéo-parts captivantes dans des films comme Dopamine et Heavy Mental. Dans Origins, il a marqué les esprits avec des lignes épiques et des tricks en one-foot dans le backcountry de l’Alaska.

Frère cadet du légendaire rider de haute montagne Xavier, il a adopté l’approche audacieuse de son frère, tout en ajoutant sa propre touche de freestyle.

Entouré de trois frères aînés et d’une soeur, tous fans de snowboard, c’est à leurs côtés et dans les Pyrénées que Victor grandit et suivit donc un chemin similaire vers les montagnes. Il se souvient d’avoir demandé un ‘monoski’ au Père Noël à l’âge de six ans (heureusement, l’homme à la barbe blanche savait qu’il parlait vraiment d’un snowboard). Il l’aimait tellement, qu’il le gardait toutes les nuits près de son lit. En voyant ses frères rentrer de compétitions, sourires aux lèvres, il eut la motivation de faire les efforts nécessaires pour devenir maître de son art.

A l’âge de 18 ans, il était fier de se classer quatrième à la Coupe du Monde pour la France. Malgré ces exploits, il décida de suivre son cœur, et de se concentrer sur les vidéos-parts, où il se sentait plus à même d’exprimer sa passion, son originalité, et son sens de l’aventure.

Pour aller plus loin sur ce sujet

ad NCV

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.